earth_promo.jpg Earth fut formé en 1990 à Olympia, état de Washington (USA), par Slim Moon, Greg Babior et l'emblématique guitariste Dylan Carlson, force conductrice et principal compositeur de ce groupe atypique et fondateur. Ce groupe connaîtra de multiples et fréquents changements de line-up, passant de duo guitare/basse au quintette rock à deux grattes (entre autres), et aura accueilli en son sein quelques musiciens de renom tels que Joe Preston (Thrones, (The) Melvins, High on Fire, Sunn O)))) à la basse et aux percutions sur Extra capsular extraction, ou même un certain Kurt Cobain, invité à pousser la chansonnette sur le même disque ainsi que sur le live Sunn amps and smashed guitars. Le nom du groupe est un hommage à Black Sabbath, dont Earth était le premier patronyme.

Dès sa création, Earth fortement lié à l'émergeante scène grunge de Seattle, principalement de part la profonde amitié qui lie Dylan Carlson avec Kurt Cobain (Carlson sera d'ailleurs tristement célèbre par la suite pour avoir été le malheureux propriétaire de l'arme avec laquelle Corbain se suicidait en 1994.). Cependant, Earth n'a a priori pas grand-chose à voir musicalement avec toute cette bande de jeunes junkies aux cheveux gras. En effet, au moment où les majors dans un moment de panique post-Nevermind signaient tous les groupes vaguement rebelles qui semblaient avoir l'estime de Nirvana (on pense notamment à Mudhoney ou aux sales gosses des Melvins, qui auront quand même réussi à se faire signer sur Atlantic), la bande à Carlson restait dans l'ombre. Car ici, point de tubes, point de refrain à scander, pas de rock (ou si peu), mais un minimalisme extrême, une intégrité à toute épreuve et un amour de la disto qui feront date dans le monde des musiques expérimentales et donneront naissance à genre nouveau : le drone (bourdon en anglais, même si on peut déjà trouver des racines au drone dans la musique contemporaine de La Monte Young ou de Glenn Branca). Malgré les différents styles que Carlson explorera, le nom de Earth sera vraisemblablement pour toujours associé à l'album Earth 2 : Special low frequency version, véritable manifeste du drone/doom dont les vibrations telluriques auront marqués bien des esprits ; parmi tant d'autres, citons tout de même les guitaristes Greg Anderson et Stephen O'Malley (Burning Witch, Thorr's Hammer, Sunn O))), Teeth of Lion Rule the Divine...), les japonais de Boris, les géniaux droneux de Asva ainsi que toute une ribambelle de stoner-doomeux de tout poil et horizons (Electric Wizard, Sleep/Om, pour ne citer qu'eux.).

Après un hiatus de 6 ans (principalement passé en cure de désintox et à régler ses affaire avec la justice, suite à l'affaire Cobain), Dylan Carlson décide de reformer Earth avec sa compagne Adrienne Davies derrière les fûts pour entamer une série de concerts durant 2002 et 2003 (dont une tournée européenne). En 2005, il sort alors un nouvel album, Hex : Or printing in the infernal method. Le son y est très différent. Exit les murs de disto s'étalant à l'infini. Le nouveau Earth sent le sable, le soleil brûlant et la mélancolie. Il puise une grande partie de ses influences dans la musique traditionnelle américaines (autant country qu'indienne). Cependant, le côté rituel et épique est toujours présent. La lenteur et la classe aussi, plus que jamais même. Et après un magnifique Hibernaculum (sorti chez Southern Lord) au cours duquel Earth revisite ses classiques avec son approche actuelle, un nouvel album : The bees made honey in the lion's skull est prévu pour février 2008.