ropkick rising-Okemah rising Le titre "I'm shipping up to Boston" est un peu à Dropkick Murphys ce que la Guinness est à l'Irlande, une référence. Un des singles les plus connus du groupe, souvent utilisé comme hymne pour accompagner un paquet d'équipes professionnelles de sport, que ce soit en Europe ou outre-Atlantique. Normal après tout, une montée en puissance imparable, un mélange de rock et de musique celtique avec son thème à l'accordéon entêtant, et un refrain très simple, qu'on a envie de gueuler : 'I'm shipping up to Boston'. Et malgré la qualité toute relative du texte (en gros, à part 'je suis un marin et j'ai perdu ma jambe' et 'je prends la mer vers Boston', on n'est pas dans un recueil de William Butler Yeats), ces lyrics ne sont pas de Dropkick Murphys mais de Woody Guthrie. Woody Guthrie était un chanteur et guitariste américain folk et country qui a surtout tourné au milieu du siècle dernier. Communiste et antifasciste, il a inspiré un paquet d'artistes plus contemporain (Bruce Springsteen, Bob Dylan, Joe Strummer et bien sûr ...Dropkick Murphys). Mais pourquoi je te raconte tout ça ? Eh bien parce que le dernier album des Dropkick est un hommage à Woody Guthrie : textes de Woody, mis en musique pour les 7 du Massachusetts.

Avec Okemah rising, les Dropkick Murphys complètent donc leur hommage à Woody Guthrie, commencé en 2022 avec This machine still kills fascists. On continue de découvrir les Dropkick sur un répertoire plus folk, moins punk, plus d'acoustique, moins d'électrique, avec plus de Ken Casey au chant et moins de Al Barr puisque le chanteur principal s'est mis en retrait pour l'enregistrement de ce double album. Preuve que si tu es fan du punk rock celtique des Dropkick Murphys, tu ne trouveras pas forcément ton bonheur, la liste des guests (Violent Femmes, Jesse Ahern, Jaime Wyatt) est plutôt orientée country et folk (même si les Violent Femmes ont toujours eu un petit côté punk). Néanmoins, on reconnait la patte Dropkick Murphys, les sonorités irlandaises, la rythmique soutenue, les refrains chantés en chœur, sur des thèmes communs avec Woody Guthrie : les luttes sociales, les crises sociétales, l'antifascisme. Tantôt festif, tantôt mélancolique au gré des morceaux, on pourra notamment écouter une chanson intitulée "Run Hitler run" au refrain indiquant à Adolf 'qu'il a intérêt à courir, car on va l'attraper', titre à la fois anachronique mais toujours d'actualité. Et on terminera par "I'm shipping up to Boston - Tulsa version", en version acoustique, Tulsa étant le bled en Oklahoma où ont été enregistré ces 2 albums. La boucle est bouclée ! Assagis mais loin d'être endormis, sans renier leurs racines et leur style, tout en rendant hommage à leurs pairs, les Dropkick Murphys envoient ces 10 tracks pour 30 minutes denses, qui passent crème, comme celle d'un Irish Coffee.