dolly : amours lynchees L'aventure Dolly and Co s'est poursuivie avec un premier (et dernier) album produit grâce à France 3 Ouest, il compte 11 titres entre français et anglais et pose les bases du Dolly qui surgira en 97. Cependant, il faut bien admettre que la qualité de ce Amours lynchées est très très loin des albums de Dolly qui suivront. En l'écoutant on comprend que malgré la pression, le groupe ne veuille pas trop le faire rééditer, il doit rester une pièce rare pour les fans uniquement. Du côté des chansons, Manu a toujours du mal avec sa voix, dés "I ain't no time" on s'en rend compte, les mélodies ne s'imposent pas encore, la voix reste agressive, dommage parce que le son d'ensemble est nettement meilleure que sur le EP précédent. Le titre "Amours lynchées" est excellent jusqu'à un misérable refrain martelé qui massacre le titre, le renfort d'un directeur artistique n'aurait pas fait de mal... D'autres fautes de gouts sont présentes comme l'intro de "Open the door" ou "Carry on, touch" ... Oui, je suis méchant, mais c'est ma stricte vérité... Et il y a des bons morceaux aussi sur cet album, et de très bons passages, y compris dans les titres moins intéressants, les "I guess my heart..." ou "Won't you call my name" sont très mélancoliques, plus dans le ton du Dolly qu'on aime. Et le dernier morceau "I've turned the corner" est tout simplement excellent, très proche de la version qui paraîtra plus tard sur le fabuleux 4 titres Sometimes sous le nom de "Around the corner". (grand merci à Clara).