Dolly en live Dolly en live Mercredi soir, 20h, Dawax prend possesion de la scène, Fred secoue sa guitare, et Marcus sa basse. Dolly, passe juste après, la salle est comble, l'atmosphère est floue.
Le salle trépigne, s'impatiente, se fait chauffer par Dawax, la foule lentement se balance, au gré du vent ;). Puis, soudain, Dolly entre sur scène, Manu se fait désirer. Première prise de contact avec le public, chaud, très motivé ce soir, la tension monte. La foule en délire (!), saute dans tous les sens, sous la musique de Dolly. Dolly n'as plus à faire ses preuves, ils sont là pour le plaisir, et pour celui du public. La beauté du deuxième album fait effet, La maturité de Dolly est là, sur scène. L'ambience est feutrée, presque intimiste, proche de la communion. Nico s'éclate comme un fou sur son piano envoutant, -C'est comme ça-. La scène se transforme en vrai feu d'artifices, une gerbe de couleurs. Dolly se donne à fond, épuisant tout son répertoire, incendiant le public de son énergie, de sa gentillesse et de sa fraicheur. Ce que nous fait Dolly sur scène, est terrible, c'est juste beau. L'EXO7 va longtemps se souvenir de cette sucession assasines de titres ravageurs, "Régis", "Love and money", "Rester sage". Arghh, la caisse claire vient de lacher. Tant pis ! Ils en profitent pour taper la discute avec le public. Reprise de baguette, bienvenue dans l'imagination de Dolly, un truc imcomensurable, étrange, attracteur, surréaliste, enivrant, envoutant, tout ça à la fois. Un concert de Dolly, quoi.