Dog And Pony Show - Dog and pony show Le spectacle du chien et du poney ? S'agit-il d'une fable ? D'un conte ? D'une comédie musicale chatoyante à base de poils et de bave ? Une recherche sérieuse nous a dirigé vers une expression ou plutôt vers un terme utilisé dans les sphères du marketing qui signifie "Un évènement conçu pour impressionner les gens afin de leur faire acheter quelque chose ou de leur faire investir de l'argent". Le duo havrais Dog And Pony Show, dont les membres sortent probablement d'école de commerce (ou pas !), ont un sens de l'humour particulier qui sied parfaitement au notre. Chers business angels, investissez tout de suite sur ces gars !!!

Car si on les apprécie, c'est avant tout pour leur premier album éponyme autoproduit sorti l'année dernière. Un récital de huit titres qu'on va qualifier de "noise-rock" et qui se mesure sans difficulté aux plus grands groupes du genre, on pense évidemment à Shellac (et pas seulement parce que "Dog and pony show" est un titre d'un de leurs meilleurs albums At action park sorti en 1994), à Unsane, Helmet ou encore The Jesus Lizard. Mais également à tout un ensemble d'autres formations ayant fait les beaux jours du W-Fenec qui partagent au moins un point commun (que ce soit dans les sonorités, l'atmosphère, la structure des chansons, le type de riffing, de chant...) avec les compos de Cédric (guitare-chant) et JP (batterie-chant...) tels que Dysfunctional By Choice, Sleeppers, Pord, MADEINCANADA ou Membrane.

Ce premier album éponyme, préparé pendant six ans (le groupe est formé depuis 2013), est sombre comme le charbon, peut s'avérer étouffant comme le stade extrême d'une toux et a une vicieuse tendance à faussement relâcher la pression pour laisser passer l'air de temps à autres avec une lourdeur brute. D'ailleurs, tout est lourd chez Dog And Pony Show, de la manière de claquer et de faire sonner les accords à la frappe des fûts, sans évoquer les textes et la lecture déclamée par Claire et Shani sur "Brume". Même l'artwork ne nous épargne pas (un pigeon mort), c'est dire à quel point le business model est bien rôdé ! Conquis ? Alors, achetez !