The Disciplines - Virgins of menace Un album comme celui-ci, c'est toujours deux "parties". Rock's My Ass Records d'un côté ou l'histoire d'un label tout ce qu'il y a de plus frenchy, qui aime la musique sans aucune frontières géographiques et qui se cantonne à ne sortir qu'une toute petite poignée de disque par année, mais qui le fait plus que bien à chaque fois (cf : Atomic Garden, Dani Llamas, Lukestar...). The Disciplines de l'autre, un projet pop-garage-rock tout aussi mondialisé (3 norvégiens + 1 américains signés sur une structure française), qui à peine un an après un premier album remet déjà le couvert avec une suite reprenant à la virgule près la recette qui avait fait la réussite de l'effort inaugural. Et accessoirement toujours le même sens de la punchline en guise de titre : cette fois Virgins of menace.
Une douzaine de nouveaux titres, quelques 33 minutes et 17 secondes d'une seconde levée mêlant habilement les séquences rock garage à l'américaine et les motifs indie-pop-rock anglo-saxons pour des morceaux remplis de fougue et de cette immédiateté électrique qui remue les tripes à l'ancienne. ("For you I walked over the line", "Some kind of sickness", "Kill the killjoy"). Ouvertement old-school dans l'écriture des compos, The Disciplines l'est aussi dans son interprétation qui à la manière des Kinks distille une efficacité redoutable dans son registre ("The war's not over"). Ce son pop-rock qui mélange modernité classe et textures par instants 60's avec toujours cette aisance à écrire des chansons qui s'écoutent avec un plaisir évident ("Emily").
Pas foncièrement révolutionnaire sur le fond comme le forme (même si le groupe a osé un "Fate's a strong bitch" avec la grande prêtresse de l'indie underground Lydia Lunch, pas forcément le meilleur "truc" qu'ils aient proposé à ce jour soit dit en passant), Virgins of menace enchaîne les titres de manière à proposer un cocktail pop-garage et indie-rock toujours cohérent et plutôt inspiré ("Take off that halo", "Everything forever (Pig wars)"), délicieusement aiguisé pour qui aime ce type de musique.