Die On Monday Logo
Qui est votre chat noir ?
Le chat noir à la base c'est Toni, son parcours et son lifestyle lui ont inspiré cette bête porte malheur et donc le titre de l'album. Mais finalement ce qualificatif correspond parfaitement au reste du groupe, "qui se ressemble, s'assemble". Sinon plus concrètement j'ai un vrai chat noir qui s'appelle Carlton !

C'est quoi le style musicale de Die On Monday ?
Notre style musical c'est le rock. Teinté de pleins de choses comme le rock alternatif, le rock 70's 60's, le hard rock, tout ce que nous trouvons bon, peu importe l'appellation en fait.

Qu'est-ce qui vous inspire le plus ? Le hard rock des 70 ? Le grunge des 90 ? Le stoner des 2000 ?
Personnellement c'est difficile de faire une hiérarchie la dedans, tellement tous ces styles me parlent. Les groupes pour lesquelles j'aimerai qu'on ouvre, je crois qu'on se retrouve sur pas mal !
Pour quel gros groupe aimeriez-vous ouvrir ?
QOTSA, Soundgarden, Alice in Chains, The Dead Weather, White Stripes et si il y avait une reformation de Black Sabbath ce serait mon rêve absolu...

Et à choisir, vous préféreriez vous incruster sur un album de Foo Fighters ou de faire jouer Dave Grohl sur le prochain Die On Monday ?
Ecrire un morceau pour les Foo ! Ce serait énorme mais quelle pression ! Un duo Toni / Dave Grohl serait très cool au chant. Perso j'adore quand il joue de la batterie, mais que ferait notre Guigui ?

Des riffs ou des passages présents sur l'album avaient-ils été présenté à vos groupes précédents ?
Rien qui a été gardé me concernant, car nous avons beaucoup trié. Et l'univers de mon ancien groupe est quand même très diffèrent.

Qu'on parle encore pas mal de la Team Nowhere vous concernant, ça vous gonfle ?
Non car c'est une période dont nous sommes fiers et heureux d'y avoir participé car nous sommes conscients d'avoir vécu quelque chose d'exceptionnel et un tel engouement pour une scène en France est assez unique. Ce qui nous gêne plus c'est d'en parler plus que Die On Monday, d'autant plus que notre batteur n'est pas concerné.

Pourquoi avoir choisi Guillaume Pavesi pour enregistrer l'album ?
Guyom travaillait au Studio Artsonor , avec lequel nous avions un accord pour pouvoir utiliser le studio à volonté, lui et Jonathan Aharonson, ce sont partagés les prises .Guyom est très fort pour les prises de chant et il a su tout de suite comprendre les attentes de Toni. John a quant à lui enregistré les prises de basses.

Die On Monday - Black cat Black cat était prêt depuis un petit bout de temps, l'attente jusque fin mars a été longue ?
Oui car pour un premier album il y' a toujours beaucoup de choses à finaliser, notamment contractuellement avec le label. L'attente paraît toujours longue avant une sortie mais on y est tous habitués. L'album était fini en octobre et il est sorti en mars, c'est finalement un laps de temps assez normal.

Pourquoi avoir choisi "Femme fatale" comme éclaireur ?
"Femme fatale" nous paraît être le morceau le plus accessible au premier abord, cependant le premier teaser était un extrait de "Never getting old". C'est un morceau qui est assez immédiat, et qui présente bien Die On Monday. Le clin d'oeil du titre en français nous amusait aussi car on nous attendait peut être chantant en français ce qui aurait arrangé les radios ! Ceci dit le premier clip à été tourné sur "Never getting old".

Et maintenant, comment se passent les concerts ?
Ils se passent de mieux en mieux nous prenons beaucoup de plaisir sur scène à jouer ces chansons ensemble. L'essentiel est la pour nous, jouer la musique que nous aimons sans chichis ni chorégraphies.

Avec les Headcharger, ça se passe bien ? On peut avoir des détails croustillants...
Oui ça se passe très bien, en plus d'être un groupe excellent, ils sont très gentils, et tolèrent tous nos excès... Attouchements, tapage nocturne, vols de bouteilles, et surtout : Guigui !!!
Nous avons encore la fougue et la folie d'un jeune groupe alors qu'eux jouent ensembles depuis plus de dix ans du coup ils sont un peu plus calmes que nous en tournée ce qui est tout à fait normal. Nous rejouons vendredi ensemble à l'empreinte à Savigny le Temple, nous leur devons d'ailleurs, une bouteille de whisky !

Vous remuez pas mal les fans à travers MySpace ou Facebook, la vie du groupe serait la même sans le net ?
Non évidemment, aujourd'hui la vie d'un groupe passe nécessairement par internet et les réseaux sociaux. Nous avons connus avec nos anciens groupes la fin de la suprématie des magasines papiers, aujourd'hui ils ont quasiment tous disparus. Le souci sur internet c'est que tout le monde peut jouer au journaliste, et il est rare de lire des articles bien écrits et intéressants.