Demain Sans Faute - 1054 KM Il y a des blazes qu'on aimerait ne jamais découvrir. Celui des Brestois de Demain Sans Faute, par exemple. Le leur nous ramène forcément à cette dérangeante (ou arrangeante) procrastination, au taf, mais aussi chez W-Fenec quand le père Oli nous demande, par exemple, de créer nos rubriques lorsque lui vient le désir d'archiver les articles de nos magazines sur notre site web. En vérité, je pourrais citer maintes situations, ce fameux "Demain sans faute" nous poursuivra à vie de tout façon, que l'on soit l'émetteur ou le récepteur de cette locution. Et c'est d'ailleurs, ce qui a dû peut-être arriver à Seb et L'Austral, le duo géniteur de ce passionnant 1054 Km, lorsqu'il a fallu se caler des échéances pour concevoir les cinq plages de ce disque dans lequel on oublie, il est vrai, un peu le temps qui passe.

Alors que la plupart des introductions d'albums en général sont relativement courtes et nous préparent à captiver notre attention ou anticiper ce qui va nous tomber dessus, le duo fait le contraire en balançant un "Guitoune" de onze minutes. C'est sans tergiverser - même si le morceau monte progressivement en régime - que Demain Sans Faute sait faire honneur à la musique instrumentale post-minimaliste hypnotique en rappelant à la fois les travaux de Mange Ferraille et celui d'un artiste plus (re)connu et ancien, à savoir le grand Richard Pinhas. Le disque se poursuit avec "Snare", tel un rituel de percussions là encore cherchant à nous magnétiser. Si "Re" délaisse le percussif cette fois-ci, il tient toutefois le même rôle en laissant parler les sons (larsens, accords clairs de guitare, basse profonde et cyclique...) propices à la méditation. "Noix de coco" nous absorbe tout autant. Il s'agit du morceau le plus rock du disque et nous amène vers des contrées proches du krautrock où la rencontre entre un synthé typé 70s et des rythmiques percutantes et obsédantes font bon ménage. C'est dans une froideur malsaine et psychoactive que se conclue 1054 Km, avec un "Ursa" désagréablement bon. À coup sûr, c'est chamboulé qu'on ressort de cette immersion sonore qui ne laissera pas indifférent.