rock Rock > Démago

Biographie > démagos ? pas tant que ça...

Démago est un groupe parisien formé en 2002 et composé de quatre musiciens. Lauréat du Défi Jeunes 2003 et récompensé par le Paris Jeunes Talent 2003.
Maün (chant, guitare), Bleach (guitare, piano), Hacen (ex-bassiste de Mano Solo arrivé aprés Gare de l'Est) et Franck (batterie) signent chez Wagram et enregistrent Hôpital en 2007, la sortie de l'album est repoussée de quelques semaines et bénéficie du petit buzz grâce au clip de "Repsirez" censuré par MySpace, le 13 mai 2008, Démago est donc attendu.

Démago / Chronique LP > Battement

Demago - Battement Certains groupes font leur retour avec moins de fracas médiatique que d'autres mais leurs nouvelles productions valent bien mieux et on ne peut dénoncer l'aspect mercantile de lors résurrection. C'est le cas pour Démago qui nous avait abandonné après un excellent Hôpital paru en 2008 (ça passe !). Le quatuor est devenu duo, les temps sont à la réduction de personnel et la section rythmique en a fait les frais ... Plus sérieusement, seuls Maun et Bleach ont repris du service, guitare, samples et voix prennent donc le pouvoir sur ce nouvel album qui reprend les quelques titres sortis il y a un an sur l'EP Au coeur de l'atome. Entre slam, pop, rock, électro et hip hop, Battement ne choisit pas, il mélange les musiques, les inspirations comme les références musicales et littéraires. Leurs idées s'entrechoquent et si musicalement, l'ensemble est toujours très travaillé, ce sont encore les textes qui marquent le plus et définissent le style des Parisiens. Leur océan culturel fait qu'au détour d'une expression on se retrouve en face de Philippe IV, Evgueni Schwartz, Géricault, Boris Vian, Cédric Klapisch ou Noir Désir, qu'on passe de l'un à l'autre avec facilité. Leur aisance à manier les mots et les sons pousse même Démago à construire des titres avec des discours qui laissent l'impression que chantent avec eux Français Hollande et son désir de changement ("On me dit") ou Alessio Rastani et son analyse froide de l'économie ("La part du gâteau"). Chaînon manquant entre La Phaze (la nervosité, la guitare, le rythme) et Abd al Malik (la poésie, le ton, le rythme), Démago vient se refaire une place dans le paysage musical francophone, avec la même verve, le même talent mais avec plus d'expérience et une dizaine d'années de rage contenue contre un monde bien plus cruel aujourd'hui qu'avant-hier...

Démago / Chronique LP > Hôpital

demago : hopital Il y a 3 ans, les plus attentifs avaient découverts Demago avec Gare de l'Est, aujourd'hui, Demago passe à Hôpital et à la vitesse supérieure, ce premier album très abouti devrait pouvoir bénéficier du buzz et de la qualité des compositions. On retrouve d'ailleurs les quatre plus intéressantes de l'EP ("Mes mains", "Des fantasmes", "Le mégalo", "Hey doc !") dans des versions encore plus accrocheuses et c'est à la valeur sûre "Des fantasmes" que revient le droit de donner le ton et le rythme : les mots et les riffs s'entrechoquent, les mélodies venimeuses portées par la voix de Maün font mouche, c'est bien simple, Demago redonne du sens à l'expression "rock français". Les thèmes puisés dans le quotidien (à l'instar de Mickey 3D) sont traités avec la causticité d'un Philippe Prohom, et si certains textes sont simples et directs ("Le mégalo", "100.000 mots", le seul qui soit en partie en anglais) et attaquent certains sujets sans détour ("Porn"), d'autres sont nettement plus travaillés et sans perdre de leur intérêt mélodique apporte une vraie réflexion, c'est le cas par exemple du très bien écrit "Hôpital" dont voici un extrait : Y a un putain d'état de terreur / Qui vous prend aux tripes, des cris à l'intérieur / De la froideur clinique, des élites narcissiques / Qui la tiennent, leur victoire, / Et qui seront dans l'Histoire / Tous ces équarrisseurs, qui ont le sens du bétail / Qui ont droit aux honneurs, / Se voient remettre des médailles.. Démago nous touche aussi quand il se fait plus grave souvent avec l'aide de délicates notes de piano ("L'oeil", "Joe") ou d'orgue ("100.000 mots"), des touches qui donnent de l'ampleur au spectre sonore qui s'élargit également grâce à quelques samples (des bruitages comme sur "Hey doc") et des boucles électro qui font tourner "Porn" à l'industriel.

Hôpital est une réussite de bout en bout et il n'est pas évident de choisir un meilleur single que "Respirez", ce titre mixant assez bien toutes les qualités de Demago : guitares et rythmes vont de l'avant et bien que sombre le texte contient une bonne dose d'ironie et donne le sourire à celui qui reprend en choeur Respirez ! Respirez !.
Si tu t'es laissé embarquer par "Respirez", continue la route vers Hôpital, désormais c'est sur scène que j'attends Demago et ce, non sans une certaine impatience...

Démago / Chronique EP > Gare de l'Est

demago : gare de l'est Démago c'est d'abord une voix, celle de Maun. Elle est de ce genre de voix qui ne laisse pas indifférent et peuvent laisser passer facilement des messages en accrochant l'oreille. Et justement, les textes sont au rendez-vous. Enragée ("Mes mains"), déséspérée ("Des fantasmes"), ou encore ironique ("Le mégalo"), l'écriture se révèle habile et bien ancrée dans la musique.
Les jeux de guitares sont efficaces, la basse nous porte et le clavier renforce la personnalité d'un ensemble cohérent. Pas de révolution donc mais un rock français qui fait son petit bout de chemin même s'il puise quelques recettes qui ont déja fait leurs preuves ailleurs...
Petit bémol : certains passages sont à la limite de passer la barrière de la varièt, comme "Alors viens" qui tombe un peu trop dans le mielleux et le sentimentalisme. Reste à confirmer et garder le meilleur pour la sortie de l'album...