Rock Rock > dAS MODEL

Biographie > Ch'ti model

dAS MODEL est un trio guitare/basse/batterie qui privilégie le nerf sur le muscle, l'angle sur le courbe et le scandé sur le chanté. C'est rock, punk, noise, alternatif et furieusement indé. Guitare acérée, batterie martiale et basse qui fait brrr sont les forces motrices de ce groupe lillois actif depuis plusieurs années sur la scène noise du Nord de la France et de la Belgique. Des chtimis pur jus ou presque en somme. Les influences de dAS MODEL ne se limitent pas à la musique. N'en déplaisent aux supporters du PSG, les cht'is ne sont pas des branques. Loin des clichés du rock mainstream que l'on retrouve chez les ersatz de groupe qui tournent en heavy rotation sur les radios, leur univers est influencé par Kafka, David Lynch, ou encore le système de "cut-up" (principe consistant à couper différentes parties d'un texte, le sien ou celui d'un autre et de les combiner pour reformer un nouvel écrit, tout comme un collage en peinture ou le montage au cinéma) cher au romancier new yorkais William S. Burroughs. C'est sur scène que la musique de dAS MODEL trouve toute son essence. Administrant son rock énervé comme un seul et unique cheval sauvage géant aux jambes sanguinolantes (sic) le trio fait preuve de l'énergie et de l'urgence propre à la musique qu'ils jouent - brute et imprévisible, sauvage et débridée.

dAS MODEL / Chronique LP > Featuring animals

das model : featuring animals Rentrer dans l'univers de dAS MODEL est un voyage atypique et la première étape, la découverte de l'artwork, laisse courir l'imagination, tant la simplicité est poussée à l'extrême. Une fois le CD mis en route, on comprend vite que l'écoute des huit titres de Featuring animals ne sera pas dénuée d'effets. En guise d'entrée en matière prophétique, "Trojan transmission" combine des dissonances guitaristiques et un dialogue entre cris saisissants et voix FM, avec en toile de fond une rythmique purement rock'n'roll. Frénétiques, les trois lillois nous délivrent ici un cocktail de riffs assassins : Beigbeder parlait de Nouvelles sous ecstasy, il trouve ici son équivalent musical. Le voyage continue avec "Worms and chevals" ainsi que "Pawns' assault", deux odes à la syncope rythmique et aux guitares pauvres en gain, mais riches en sonorités. Le rock noisy écorché vif du trio tient l'auditeur en haleine, oscillant entre atmosphère pesante et urgence sonore. "Perfect stag's bell", où quand le ternaire rencontre le binaire. La cadence saccadée laisse sa place à des riffs rageurs, toujours avec cette présence vocale en fil rouge. La toute fin du titre fait la part belle à une débauche d'accords riches en émotions et de voix torturées, avant de laisser la place à un interlude aux teintes prog. "To kill boyhood", la pièce maîtresse de l'album, fait écho à cette pause avec une guitare funèbre et une basse fuzzée à l'extrême, avant de plonger l'auditeur dans une succession d'accords intenses. La batterie porte à elle seule un chant-mégaphone acide, suite à quoi le trio part dans un maelström de distorsions intenses. Une envolée lacrymale aux accents doux-amers d'une rare beauté, dAS MODEL franchit ici le point de non-retour, et nous avec. Et "Braga" de prendre la suite, sans rupture ou presque. L'agitation du six-cordiste emporte le reste du groupe avec lui, avant de bifurquer vers un down tempo où l'on s'époumone, la rupture est proche. Le voyage se termine avec "Saccharine sabotage", où apparaissent xylophone et trompettes, pour le dernier mouvement d'une symphonie noisy du plus bel effet.