Danko Jones - Power trio La crise sanitaire mondiale aura redistribué les cartes pour le rock et la musique en général. Entre tournées supprimées et annulations ou reports de disques, les amateurs du quatrième art ont été chamboulés (pas autant que les artistes, mais cela mérite quand même d'être souligné). Alors, quand l'iconique Danko Jones publie un nouvel album, on a quand même de quoi se réjouir. Car la fougue du trio canadien est un vrai dynamiteur. Et tout comme ses idoles (Motörhead, Kiss, AC/DC en tête), on ne change pas une équipe qui gagne (et surtout pas une formule qui cartonne depuis plus de vingt piges) : du rock et du roll à foison. Power trio (10ème album du groupe au line up enfin stabilisé) est une vraie cure de jouvence : le groupe balance (encore et presque toujours) un rock impeccable, basé sur les éléments essentiels de la musique pour laquelle nous avons vendu notre âme au diable : des guitares aiguisées, un basse/batterie épuré et efficace, des riffs à foison et cette voix caractéristique. Un disque un peu particulier car enregistré à distance par les musiciens (restrictions Covid oblige) mais d'une efficacité redoutable. Mid tempo (Sjip of lies), pachydermique ("Saturday", "Raise some hell") ou surdynamité ("Good lookin'", "Blue jean denim jumpsuit", "Dangerous kiss") et parfois même les trois en même temps ("Let's Rock together"), Danko Jones est à l'aise avec tous ces nuanciers du sacro-saint Rock N Roll. On a beau connaître la formule, c'est vraiment avec un réel plaisir de s'envoyer volume à fond le Danko cuvée 2021. "Let's start the show", premier single, est quant à lui l'hymne parfait : riff à la AC/DC, rythmique impeccable et charisme vocal. En espérant que le groupe aura l'occasion de défendre dignement cet excellent disque en concert, car il risque de faire remuer une paire de popotins.