Dakiniz - Raging shouts Alors le type qui a dessiné la Kangoo, il s'est dit qu'après tout, une caisse, c'est fait pour rouler et si elle ressemble à rien, c'est pas grave (il devait être dans cette logique-là, sinon je ne vois pas). Pour la pochette de Raging shouts, le deuxième LP de Dakiniz, c'est pareil. Peut-être que comme moi, tu es attentif(ve) au packaging, qui révèle souvent un peu plus de la personnalité de l'artiste, le message qu'il souhaite faire passer et qui permet fréquemment de deviner dans quel style musical on va nous emmener. Pour Raging shouts, en aucun il ne faut s'arrêter à cette pochette qui semble cacher de l'eurodance allemande ou de l'indus polonais des années 80. Les Parisiens n'ont juste sûrement pas voulu passer du temps à pondre un superbe artwork parce que d'une part, à l'ère du tout numérique, pas besoin de passer trop de temps sur le visuel, et puis d'autre part, la musique ça ne s'écoute pas avec les yeux.

Et puis après tout, ils ont raison, on ne va pas passer la soirée là-dessus. Car si tu aimes le rock garage bien déluré, qui dépote bien, alors tu peux te goinfrer des 9 titres noise rock garage qui se cachent derrière cette étrange pochette. Pas de baisse de tension durant cette grosse demi-heure, c'est incisif, c'est carré, c'est inventif et ça te déconfine le steak. Alex qui envoie des lignes de basse bien épaisses, Pierre qui écrase ses fûts, et Matt à la guitare comme à la voix, qui sait osciller entre noise, rock'n'roll et punk. Il y a le riff en boucle qui entraîne, la petite mélodie qui accroche, la saturation qui réchauffe. Ça s'enchaîne rapido, avec des titres qui tournent souvent sous les 3 minutes, hormis "The last one" qui se termine comme un live en s'étirant vers quelques divagations électriques maîtrisées. Alors oublie définitivement la Kangoo, Dakiniz c'est une Ford Mustang avec les pneus qui fument, le pot d'échappement qui crache du feu, le moteur qui hurle, faisant vibrer toute la carrosserie comme si elle allait exploser, et les trois gugusses dans l'habitacle qui t'invitent à une petite virée pour user de la gomme. Moi je dis, la promenade ne se refuse pas.