rock Rock > Crucified Barbara

Biographie > Barbara crucifiée

Crucified Barbara Crucified Barbara est originaire de la banlieu de Stockhölm en Suède. Contrairement à leux compatriotes de Clawfinger ou Beseech, Crucified Barbara officie dans le rock bien balancé et a même participé à un tribute de Motörhead. Des influences différentes, Nicki à précédemment joué dans un groupe hardcore, Mia (chant, guitare) et Ida (basse) ont déjà jouéensemble, le groupe a trouvé son identité musicale après avoir commencé comme punk-rock aggressif. In distorsion we trust, le premier album, a été enregistré au printemps 2004 aux Pama Studios à Karlskrona, produit par Crucified Barbara et Mankan Sedenberg.

Crucified Barbara / Chronique LP > 'Til death do us party

Crucified Barbara - 'Til death dos us party Rarement de passage en France, les suédoises de Crucified Barbara joueront au Hellfest le 18 juin prochain. Depuis leur premier album In distortion we trust (sorti en 2005) les scandinaves ont notamment joué aux côtés d'In Flames, Sepultura ou encore Motörhead, ce qui pose quand même un collectif. Avec 'Til death do us party sorti en 2009, Crucified Barbara déferle dans le monde des poids-lourds du hard rock et s'affirme de plus en plus comme un groupe n'ayant pas froid aux yeux. Féminines oui, portées sur la boisson oui, et plus que tout grandes amatrices de parties instrumentales bien lourdes !
L'intro de 'Killer on his knees' est une lancée à 200 km/h aux accents heavy très prononcés. Les amateurs de sons bourrus et mastocs aimeront probablement cette entrée en matière. Chant clair, solos de guitares, boucles de basses lourdes en fond, Crucified Barbara s'inspire clairement du hard rock né dans les années 60, et des groupes comme Judas Priest (fondé en 1970) ou encore Motörhead (1975). Ici, pas de death mélodique ni de growl, le chant de Mia est porté sur une voix théâtrale couvrant plusieurs octaves. Dans l'ensemble, l'album est bon, excepté les morceaux "Sex action" et "Jennyfer" qui en horripilent beaucoup. "Dark Side" par contre est corrosif, épais, rythmique, un retour à la normale après un milieu d'album moins convainquant. La suite restera dans la veine du heavy metal qui se déguste facilement, porté par la belle voix de Mia.
Pour avoir vu le groupe au Bolegason en 2006 avec Sidilarsen en première partie, fort est de croire qu'elles recevront de nouveau un bon accueil. Rendez-vous au festival de l'Enfer pour le savoir !

Crucified Barbara / Chronique LP > In distortion we trust

Crucified Barbara : In distortion we trust Ne vous fiez pas aux gueules d'anges des belles de Crucified Barbara, ce sont les bières et les décibels qui les font vibrer, In distorsion we trust rugit de saturation et ne laisse pas vraiment le doute s'installer avec des titres comme "Play me hard (the bachelor's guitar)", "In distortion we trust" ou encore le subtil "I need a cowboy from hell".
Grosses guitares, distortion à fond les ballons, riffs lourds et intenses, Crucified Barbara met du coeur à l'ouvrage, le titre éponyme de In distorsion we trust est comme un hymne électrique, refrain très chantant, un solo endiablé, rugissement de rage en arrière-plan, la recette fait mouche, surtout sur des titres comme le dégoulinant "My heart is black" où la basse fait des ravages, couplets fluides, aux respirations salvatrices. "Goingdown", quant à lui, embraye la vitesse supérieure, guitares ravageuses, petit riff magique, influences old-school, des phrasés que l'on retrouve dans les plus métal My Ruin, Crucified Barbara gardant un côté légèrement plus pop, malmené cependant par un titre comme "I wet myself", aux palm-mutings explicites. Les grosses guitares de Crucified Barbara se carambolent avec un chant allant toujours de l'avant, avec un niveau au premier plan, même lorsque les guitares se font plus aggressives.
Crucified Barbara joue des guitares comme d'autres les talons aiguilles, titres efficaces, avec des mélodies accrocheuses, comme le refrain de "Play me hard", qui ne fait pas de détours, montée en crescendo, basse motorisée, Crucified Barbara livre ici onze titres plutôt sympathiques.