rock Rock > Craw

Biographie > Craw

Craw n'est pas groupe de gamins... Basé à Cleveland (Cleveland rocks, Cleveland rocks !), ils existent depuis 1990 et en sont à leur 4° album ! Ils ont également sorti une panoplie de Ep et sont apparus sur quelques compilations... Leurs trois premiers LPs ont été produit par Steve Albini (!) et le nouveau, Bodies for Strontium 90, a été enregistré aux Mars studios par Bill Korecky, il sort chez HydraHead Records (l'ex-maison de Cave In !), en France, c'est United Musics Company qui se charge de le distribuer. De la formation d'origine il reste Joe McTighe (chant) et Zak Dieringer (basse), Bunton Ryder (guitare) a remplacé Dave McClelland et Will Scharf (batterie) a pris la place de Neil Chastain, enfin, pour être complet quant au line-up, le groupe avait à la base un deuxième guitariste en la personne de Rockie Brockway...

Craw / Chronique LP > Bodies for Strontium 90

Craw :Bodies for Strontium 90 Bodies for Strontium 90 c'est neuf titres de rock lourd, baveux, gras, je ne connais pas leurs débuts mais il y a fort à parier qu'ils étaient assez proches du grunge : conditions climatiques proches de celles de Seattle (en moins arrosé quand même !), Steve Albini, années 90... beaucoup d'éléments portent en tout cas à le croire, aujourd'hui, Craw propose une dégénérescence du grunge, on aurait remplacé un peu d'esprit punk par celui d'un rock nerveux, écorché, comme si At the Drive-In et Andrew WK avaient fusionné. La batterie n'est pas assez bien mixée pour être à son avantage, c'est donc par la guitare que le rythme est donné, et ça déménage. Entre les martelages métal et les riffs qui zigzaguent (pas loin de Spiritu ou Tool dans l'esprit de certains passages comme "Flunky" !), Craw fait d'abord parler la guitare (et la basse), il est cependant dommage que certains gimmicks reviennent d'un titre à l'autre. Le chant est lui moins démonstratif, il reste plus dans sa ligne d'un chant parlé, écorché avec un soupçon de mélodie de temps à autres. Bodies for Strontium 90 fait un peu plus de 32 minutes et c'est juste assez pour éviter les redites. Il faut espérer que le groupe continue de travailler dans la veine du premier titre, l'épique "Caught my tell" qui s'étend sur plus de sept minutes et où les instruments créent une atmosphère pour mettre en orbite le chant, le titre est téléchargeable sur leur site, alors n'hésite pas à te faire ta propre opinion...