crackmind : shakearth Malgré la modification du line-up, CrackMind continue d'avancer avec ses deux membres fondateurs aux manettes, ils gèrent tout (composition, enregistrement, artwork...) et font ça avec brio. Comme toujours, la pochette passe un message à celui qui ne connaît pas le groupe, un shaker avec leur logo, une ombre diabolique et un titre, Shakearth, qui annonce que ça va secouer... CrackMind décline l'idée du shaker partout depuis le livret jusqu'au site officiel (crackmind.com) et nous sert donc de nouveaux titres. S'ils sont toujours trés rock, ils s'éloignent un peu du grunge Seattlien pour se rapprocher des rares groupes français à avoir suivi l'exemple de Mad Pop'X, CrackMind débute même son EP avec deux titres chantés en français : "Le prochain lot" qui alterne entre rythmes marqués et envolées claires et un "Faux-frère" plus lancinant et tiraillé, le chant en français m'a quelque peu décontenancé et je ne m'y suis pas fait, je préfère largement les titres en anglais, ils reviennent en partie avec "Rock n' dance" et son groove endiablé, les guitares s'amusent davantage et si les couplets sont discrets (et en français), le matraquage du refrain fait très vite effet... Si j'ai du mal avec le français, c'est peut-être à cause de "Millenium baby", titre poussif et lassant... Rien à voir avec le suivant "AlcaNod", une complainte chaleureuse, profonde, prennante, Alcatraz à la guitare et Normann au chant, c'est un duo sur lequel on peut compter ! Et c'est la fin officielle de ce maxi... En bonus, on a encore deux titres et pas des moindres car ils sont excellents ! "Grace" et "Turn" jouent sur les variations du chant (faut-il préciser en anglais ?), donne davantage d'espace à la basse... La limpidité de "Grace" est aussi agréable que les riffs rageurs de "Turn", deux titres indispensables ! En les ajoutant au track-listing de base, CrackMind ne fait pas qu'allonger la durée de son EP (prés de 35 minutes !), il lui donne aussi davantage de consistance...