Cornflakes Heroes - Dear mr painkillers Même si un voile particulier s'est posé sur cette deuxième livraison du groupe, pas de chamboulement notoire à relever de la part des Cornflakes Heroes. Le quatuor perpétue son songwriting bien placé et sait toujours confectionner des mélodies imparables. Le tout accompagné d'un chant intégralement en anglais. De son style pop-rock, le quatuor a simplement déplacé le curseur du rock vers la pop. Et ce qu'il a perdu en rugosité, il l'a gagné en délicatesse. Cette délicatesse partiellement apportée par les multiples invités venus apposer leur chant ou instrument (violoncelle et glockenspiel).
Capables de couvrir un large panorama, les Cornflakes Heroes signent aussi bien un titre tendrement désabusé ("Is mother right ?"), caressent l'idéal hippie de très près ("Baby honey"), tutoient Mercury Rev ("Good morning naked city") ou nous attirent vers l'introspection ("Pow !!!"). Tous ces titres, auxquels très peu de choses peuvent être reprochées (seuls "Rotten throat / sweating pores" et "Dig a hole" me laissent perplexe), encadrent ce fabuleux morceau central : "Let me be your tamagotchi", un concentré de l'ingéniosité du quatuor, rythmé par un souffle rock digne de celui de Off with your heads !. Car sur l'ensemble de Dear mr painkillers, la nervosité, elle, a bien pris la poudre d'escampette.
Pour certains, les Cornflakes Heroes seront devenus (trop) timorés. Pour d'autres, le groupe aura mûri au lieu de continuer à foncer tête baisser. Dans tous les cas, le quatuor fournit un travail soigné et démontre la possibilité d'une pop-rock anglo-saxonne made-in-France !