This is Besançon, not Paris ! Chaque ville de France et de Navarre cache en son sein des talents cachés. Besançon en fait partie. Et dieu sait que ce bled compte de nombreux groupes excellents. Saluons l'initiative de quatre d'entre eux qui nous balancent un split 45 tours de grande classe. Au programme : du voodoo instro surf punk avec les dangereux Hawaii Samourai, de la sonic pop punk deluxe avec les affreux Lost Cowboy Heroes, du creeky and greasy rockabilly avec les classieux The Ronnie Rockets de du catchy and sad punk rock avec les talentueux The Waterguns. La galette est inaugurée par mes nouveaux chouchous Lost Cowboy Heroes, bah oui, le groupe de Nasty Sammy, Billy the Kill, Angel Abriel et Medhi Mitchell. Du punk rock super dynamique et énergique, au fil du rasoir et aux mélodies brillantes. "Your eyes can't touch my heart", si tu le dis, c'est que ça doit être vrai. En tout cas, la voice de Billy est impeccable sur ce titre, rock à souhait avec des instruments qui bastonnent et un rythme complètement fou. Certainement un des titres les plus fougueux des Lost, et en tout cas, pour moi, un des meilleurs composé par le quatuor. Pour nous remettre de nos émotions, The Ronnie Rockets enchaîne avec un rockab' entraînant et gigotant. On croirait qu'ils ont fait ça toute leur vie tellement il n'y a pas grand chose à redire sur ce titre, sinon que ça fait partie de la tradition de ces groupes de rockab' qui envoient le bois. Alors qu'on est déjà aux anges qu'il faut retourner le vinyl pour continuer la présentation non exhaustive de la scène rock et assimilée bisontine. Le troisième titre est pour moi la révélation de 45. Hawaii Samourai, je fus sceptique car pas vraiment fan du genre avant l'écoute de "Dead Green Mummies". Le tir est rectifié avec m'être envoyé le titre dans les oreilles, et maintenant, je persiste à dire que ce groupe fait maintenant partie de mes préférés à écouter en ce moment. Surf rock exquis et entraînant, Hawaii Samourai nous offre avec cette chanson un voyage à travers leur univers, avec une touche rock crasseux du meilleur effet. A la limite du psychédélique avec cette guitare envoûtante et cette basse ronronnante, je suis tombé sous le charme de ce trio complètement barjot. Complètement instrumental (seuls quelques voix apparaissent avec l'aide des samples), ce titre est un bijou dans le genre. Pas étonnant qu'Hawaii Samourai ne soit pas qu'un groupe du Doubs mais bien une formation respectée au delà de nos frontières. Pas le temps de se remettre de ses émotions que déboulent le quatuor magique, j'ai nommé The Waterguns. Si vous suivez mes conseils, ce titre ne vous sera pas étranger, car l'excellent Billy the Kill l'exécute en acoustique et en solo sur sa démo. "I can write some song" est en mode répétition sur ma chaîne hi fi, et je n'exagérerai pas en vous disant que je l'ai déjà écouté une bonne centaine de fois depuis le peu de temps où on m'a filé ce vinyle. L'exécution de cette chanson sans prétention est intéressante, car elle procure des émotions aussi fortes que la version acoustique. Rien d'extraordinaire, mais juste l'histoire d'un groupe qui joue une musique simple et délicieuse. Un vrai bonheur pour terminer ce 45' qui révèle au grand jour la force de besançon. Mais qui en doutait???
Evidemment, vous ne trouverez pas ce skeud dans vos fnac et autres hypermarchés de la musique, alors je vous conseille de vous rendre sur le site des Lost Cowboy Heroes, de contacter l'affreux Nasty Samy et de lui commander un ou deux exemplaires pour devenir acquéreur de cette pièce hautement recommandée par votre serviteur.