Compil Rock Maudit Tangue - #5 Si dans Pirates des Caraïbes, Davy Jones est capable d'appeler le kraken afin de terroriser l'océan Atlantique, dans l'océan Indien, c'est l'équipage du voilier associatif Ravine des Roques qui rappelle chaque année le Maudit Tangue. Cette hydre aux multiples têtes, dont les tentacules s'étendent pour cette fois, de l'Australie, à l'Afrique du Sud, en passant par l'Inde, la Malaisie et la côte Est-africaine. Elle fait sa réapparition pour la cinquième année consécutive, et n'a pour seul objectif que de te démontrer que des tréfonds de l'océan indien résonne le rock, le punk, le noise, le métal et bien d'autres musiques électriques.

On y retrouve les incontournables du ravin qui ont fait presque toutes les éditions, comme les Bérus insulaires de Tukatukas, le rock garage avec Thee Orlando's emmené par Morgane au micro, les enfants de Lofo avec Pluto Crevé, l'homme orchestre de Golgot VR qui mâchouille toutes les tendances des années 80 pour en recracher sa propre substance, Riske Zero qui fait passer Fugazi pour des mous du genou, ou les Mothra Slapping Orchestra en mode Elvis Pop (ou Iggy Presley). On retrouve aussi avec plaisir Pamplemousse et sa "Ventoline" issue de son dernier LP High strung, que l'on avait déjà apprécié dans le MAG #37. Mais le Maudit Tangue ramène aussi quelques nouvelles têtes, comme l'indie rock bien épais de Papang, l'indie rock so british de Catch22, le trio rock nerveux de 608ZZ, le quintette plus calme et un peu plus psyché de Rocuar palace, le punk brut de The Uncool ou Minibar(d) et son punk déjanté (autant que sa chanteuse Anaïs) qui aime terminer ses chansons en death. Alors cette énumération, ça fait un peu name dropping, mais comme j'ai commencé à tous les citer, ce serait bien malpoli d'en oublier un, surtout qu'ils honorent tous à leur façon la grande famille du rock. Mais Maudit Tangue ne s'intéresse pas qu'aux braises du Piton de la fournaise, car avec la deuxième galette que contient cette compil', on va faire un grand tour de l'océan.

Pour la deuxième partie, on ne retrouve en revanche, qu'un seul habitué de la compil', à savoir Make-Overs et leur rock garage. Côté Sud-Af', on y trouve notamment Mouse et son rock fuzz noise psyché (oui, un peu tout ça en un seul track), mais cette définition stylistique pourrait convenir pour Julia Robert ou Deadly Bites. Veins représente Madagascar, et on se souvient qu'en 2018 avec JonjOrOmbOnA dans la précédente livraison de Maudit Tangue, on tombait dans du gros heavy metal HxC. A croire qu'on aime le guttural avec des grosses guitares à Tana. C'est plus punk à Nairobi avec Powerslide ou à Mumbaï avec Punk On Toast mais plus rock à Kuala Lumpur avec Carburetor Dung (allez, révise ta géographie avec le W-Fenec ! ). Et on termine avec la côte ouest et Sud de l'Australie (genre on ne va pas à Sydney), avec 4 autres formations qui flirtent dans l'indie rock pour New Talk (avec à nouveau une chanteuse, Maudit Tangue aime la parité) ; le punk avec Last Quokka qui se définit comme le groupe punk antifa de la ville la plus isolée de la planète, à savoir Perth ; le punk anglais de Zero Dent, même s'ils sont très loin de Londres puisqu'eux aussi paumés à Perth, et on termine avec les foutraques Sobaka qui définissent leur style comme de la polka slave thrash, ...et ça colle pas mal avec leur titre "Bunya brutva". N'en jetez plus la coupe est pleine !

Une fois de plus, Maudit Tangue tire des lignes par delà l'océan Indien pour réunir 29 groupes qui pourraient faire une très belle affiche homogène et appétissante. Reste à trouver une compagnie aérienne qui prenne pas cher pour se faire ce rock trip pour ceux qui veulent voir tout ce beau monde en live. Sinon, il n'y a qu'à se repasser cette cinquième livraison.