rock Rock > Clownage

Biographie > qui a peur du Clownage ?

C'est en 2002 que Clownage commence son existence tumultueuse... En effet dans les dix années qui vont suivre, le groupe va subir à la fois des changements de line-up et d'orientations musicales. Au départ, c'est plus vers le rock français que tend le combo, les premiers EPs et albums (Premiers maux en 2006 puis L'empire en 2011) font la part belle aux textes dans la langue maternelle des Parisiens. Depuis, ils ont goûté à New York et décidé de s'exprimer dans la langue du rock : l'anglais. Mixé par Mike Major (At The Drive-In, Coheed And Cambria, Sparta) et Charles de Schutter (No One is Innocent, Bikinians), Trails sort fin avril 2013 chez le tout jeune label Wheel Noise Production que Jérôme Litré-Froment (chanteur, guitariste) a monté avec Mathieu Maestracci (The Spherical Minds, Facades...).

Clownage / Chronique LP > Trails

Clownage - Trails Douce attaque de guitare, chant cajoleur, rythmique chaleureuse, refrain entêtant immédiatement, ce "Trail" qui ouvre Trails est un tube. Efficace en diable, simple de par sa construction, le titre est un modèle de hit pop-rock à l'américaine, le genre de trucs que les "college radios" adorent diffuser (s'il te faut une référence, prends les hits de Nada Surf), le genre de morceau qui file la pêche mais qui est suffisamment fin et bien écrit pour ne pas sembler outrancier et mercantile. Pour commencer un album, c'est idéal, Clownage a déjà toute notre attention et c'est bien joué car la suite se révèle moins "tubesque" au premier abord, les titres sont bons mais leurs qualités nous explosent moins fortement à la tronche. Le jeu entre sons clair et saturé, entre le chant très pop et quelques attaques bien plus rock, entre une batterie qui plombe sa grosse caisse ou sait s'effacer, tout cela est très bien dosé, maîtrisé, orchestré.

Clownage navigue entre chansons pop racées et pistes rock bien envoyées, sait autant éthérer son propos que régler sa distorsion, joue sur chacun de ces registres avec talent. Le groupe ne souffle pas uniquement le chaud et le froid à longueur de ses pites, il intègre aussi avec facilité quelques autres instruments et notamment une contrebasse et un violon (pour densifier la fin de "Soma"), les claviers de leur ami Mathieu Maestracci (The Spherical Minds, Facades...) pointent leur nez sur plus du tiers des compositions, et des samples pas uniquement décoratifs renforcent les mots de "Tyson". Des mots exclusivement en anglais (sauf sur "Candles in the berry" qui est instrumental !) et j'ai du mal à comprendre pourquoi les Franciliens ne s'y sont pas mis plus tôt car Jérôme est très à l'aise et son écriture dépasse largement le niveau de bon nombre de combos anglo-saxons...

Trails est au final un excellent album de pop-rock dynamique et enjoué qui a le don de transmettre ses bonnes ondes alors ne te laisse pas influencer par l'artwork un peu particulier, ce quatuor en a dans le ventre et n'est pas là juste pour amuser la galerie...