Chronus - Idols Bah merde alors, ça sort d'où encore, ce groupe ? Chronus. Putain, ça ne me dit rien. Mais alors, rien du tout. Krokus, oui, mais pas Chronus. Mes recherches m'apporteront comme information qu'il s'agit là d'un quatuor suédois avec une moyenne d'âge assez jeune et qui a tapé dans l'œil (aïe) de l'actuel batteur de Megadeth. C'est bref et concis, je te l'accorde. Mais est-ce bien le plus important quand ce même groupe a décidé de nous offrir sur un plateau d'argent un disque d'une qualité irréprochable (malgré un look peu recommandable, mais comme dirait mon ami Koud'j, les gars ont peut être passé plus de temps à bosser les gammes de pentatonique qu'à faire du shopping dans les magasins de fringues).

Idols, deuxième album de la formation emmené par The Baron (ok, super le blaze), est effectivement une petite merveille. Le groupe a un certain talent pour écrire des chansons captivantes et abouties et la voix de son gourou, proche de celle d'Ozzy version bonne cuvée, est envoûtante à souhait. Le mix parfait pour une formation qui délivre un hard rock teinté de pop non dénué d'intérêt mais pas toujours du plus original (les ombres de Volbeat et surtout de Ghost planent ici et là tout au long de ce deuxième effort). Chaque titre est un tube en puissance, que les riffs soient accrocheurs ("Montains of madness" qui aurait pu se retrouver sur un album du. madman Ozzy, ou "Heavy is the crown" qui enfonce le clou, le puissant "Pharos"), que les refrains soient imparables ("Sheperd") ou que l'ambiance soit lourde et pesante (le pachydermique "Sun", véritable OVNI de ce disque ou le très inspiré "Black water"). Le revival 70's tire aussi son épingle du jeu ("Black water") et on caresse le sublime avec le titre éponyme (savant mélange de riffs incontournables et de mélodies magiques). La production, assurée par un ancien Ghost, est imparable et Chronus ayant des supporters de luxe (certains membres de Megadeth et Gojira, excusez du peu) frappe un grand coup. En espérant que cela dure, car si les types remettent ça à chaque sortie, on risque de se faire plaisir !