Rock Rock > Catalogue

Biographie > Catalogué punk

Trio basé à Marseille, Catalogue se forme en novembre 2012 avec la ferme intention de réveiller le post-punk français à base de boîte à rythmes aux programmations simples et souvent répétitives mais percutantes. Emma (chanteuse et guitariste venant de Human Toys), Eric (guitariste d'Elektrolux) et Bruno (basse) sortent une première démo autoproduite de 4 titres en avril 2013 qui permet notamment au groupe de tourner dans le sud des Etats-Unis l'année suivante. Une belle opportunité pour le projet de ce trio qui n'est pas du genre à laisser les choses dormir puisqu'il enchaîne en pleine tournée par l'enregistrement d'un premier album éponyme pour une sortie vinyle au mois de septembre 2014 chez Relax-O-Matic Vibrator Records (The Dolipranes, Tex Napalm, The Irritones).

Catalogue / Chronique LP > Modern delusion

Catalogue - Modern delusion Composé pendant le confinement en 2020 (un an après la sortie de High grey effective, passé sous nos radars) et paru le 27 janvier, le nouvel et troisième album de Catalogue nous conforte assez vite sur le fait que la renaissance du post-punk à boîte à rythmes n'a pas dit son dernier mot. On est d'ailleurs plutôt heureux de le constater, surtout quand un disque comme Modern delusion rend un si bel hommage à cette musique tourmentée et vindicative des années 80 mais qui a toutefois le don de faire danser les foules névrotiques. Et même si le punk est une influence majeure pour le trio marseillais (en témoigne cette superbe reprise de l'hymne "Kids of the black hole" des Américains Adolescent), sa boîte à rythme n'est pas pour autant toujours réglée au taquet. Pour preuve, l'affriolante "Fragments" présente des similitudes avec la période new-wave de The Cure. Mais ne mentons pas, Modern delusion est clairement un album dominé par une certaine forme d'urgence et un désir fou d'envoyer une grosse dose d'énergie ("Suburban girls", "2030", "Casino") à la manière de Duchess Says. Sa richesse mélodique et la voix d'Emma nous séduisent également et réussit à créer un équilibre parfait à l'ensemble. L'"après-punk" est définitivement intemporel.

Publié dans le Mag #56

Catalogue / Chronique LP > Catalogue

Catalogue - Catalogue Les premiers instants de cet LP de Catalogue, ("Fish fish") nous ramène à un autre groupe français qui fait son petit bonhomme de chemin dans le monde du post-punk coldwave : The Doctors. Inévitablement, la boîte à rythmes servant de substrat à la musique des deux groupes y est pour beaucoup, les guitares abrasives typiques du punk également ("Anger") mais Catalogue est moins linéaire et donc plus varié dans l'ensemble que le duo bordelais. Les jeux de guitares sont complices et apportent un vrai équilibre, quand elles ne jouent pas à l'unisson pour faire masse avec la basse souvent grondante et menaçante (comme sur la Sonic Youthienne "Youpi"), l'une se charge des riffs et l'autre complète par de petits phrasés mélodiques ("Super Hero"). La cadence (jamais au dessous de 160 BPM selon les intéressés) s'ajuste à l'humeur du trio et suivant le message à passer, peut virer plus ou moins punk (l'ardente "Square life" contre l'angoissante "About you").

La formation noyée dans de multiples influences notamment celle du punk britannique seventies et eighties (dont Joy Division et Wire) arrivent, au delà de l'aspect purement instrumental, à sortir du piège de la copie conforme en trouvant un porte-voix féminin impeccable dans son rôle. En effet, la vocalise féminine parlée, scandée et chantée assurée par Emma et rappelant les grandes heures du mouvement des riot grrrl, donne du piment et du relief à cette formule brut de décoffrage qui en a bien besoin pour éviter la monotonie hypnotique des machines et pour rendre un peu plus humain le propos. A travers son Catalogue de chansons entraînantes et intenses, le groupe montre une certaine inaltérabilité, l'œuvre fait sens de bout en bout si bien qu'aucun titre ne passe au dessus d'un autre. Ces derniers font bloc, tue l'ennui et on ne saurait trop vous encourager à vous intéresser à ce groupe marseillais qui, au vu de ses tournées passées et futures, fait déjà fureur en dehors de nos frontières.