Rock Rock > Burning Each Day

Biographie > BED

Chaque jour brûle depuis 2002, année où quatre franciliens décident de mettre en commun leur passion pour le rock à tendance screamo sous le nom de Burning Each Day. Alex (chant et guitare), Cyril (guitare), Eric (basse) et Philippe (batterie) enregistrent une première démo (4 titres) en 2003 et commencent à se faire entendre sur scène (parmi les groupes avec lesquels ils ont joué, on citera The Pookies ou Twisted Drive). Présents sur les compils Emo in the abyss et La pépinière 4, le groupe continue son ascension et va coucher sur bandes 10 titres à l'Empreinte (Savigny-le-Temple), l'album Some of them are us sort en 2006 et devrait installer Burning Each Day comme une valeur sûre du paysage émo français.

Burning Each Day / Chronique LP > Some of them are us

burning each day : some of them are us Aprés l'étincelante confirmation Tang et dans la droite lignée de ces derniers l'émo-core frenchie nous sert une révélation de très haut niveau avec Burning Each Day. Certainement le groupe "inconnu" (par moi au moins) le plus scotchant de ces derniers mois ! Some of them are us est leur premier album et ils font preuve d'une maestria impressionnante dans tous les domaines : artwork, son, composition.
Là, le son des guitares est tout simplement somptueux et en accord parfait avec les émotions transmises par le chant, jouant bien des sons clairs et aigüs, elles sont parfaitement mixées à la rondeur de la basse, participant à la création de grands mouvements, elles complètent admirablement les rythmes secs et tranchants. Le chant est impeccable, qu'il soit parlé, chanté ou hurlé, les lignes mélodiques sont bien senties, bien tenues, c'est un régal pour les oreilles (même en français en témoigne "Vu d'ici")... Rien à redire sur rien donc !
Si Burning Each Day ne faisait que du très bon émo, ce serait déjà très bien, mais là, il nous enflamme en ajoutant d'autres influences auxquelles il m'est impossible de résister... Les instruments ont énormément de place et tout en gardant ses sonorités et ses tempos, Some of them are us nous emmène parfois sur les terres post-hardcore ou post-rock ("Sheer bliss", "Girlish"), n'hésitant pas à faire intervenir un violon et une douceur toute maternelle ("You used to") et ce, complètement à l'opposé de la séries d'upper-cuts capables de mettre KO n'importe quel poids lourd ("Semtex evolution").
Pas évident d'en dire plus sur Burning Each Day sans tomber dans l'admiration sourde et aveugle, sans me mettre à genou et leur prêter allégeance, sans avouer mon incapacité à trouver une faille dans Some of them are us. Tu penses que j'en fais trop ? Procure-toi l'album et on en discute. Amen.