rock Rock > bul

Biographie > Bul de savon...


le groupe bul se créer en 2002 sous l'impulsion d'Aleandre Delacroix à la guitare et au chant et de Benjamin à la batterie, accompagné par Claude Simonin à la deuxième guitare et Jordan Gillin à la basse et au chant. Les influences communes tournent autour des incontournables Smashing Pumpkins, Pearl Jam, Primus ou même Pink Floyd. Le groupe sort sa première démo en 2002, et surtout Nanosphere en 2004 en autoproduction. bul se produix régulièrement dans la région lyonnaise et aux moulins de Brainans ou au Sirius.

bul / Chronique EP > Bul

bul_demo.jpg Encore une démo éponyme pour bul, quatre titres concis où le groupe va à l'essentiel. "Big bang panda" autant le dire sans détours, pête un max, un riff anthologique qui s'annonce avec une saturation granuleuse, un riff crasseux pour une chanson magique, le groupe se fait ensuite emmener par un chant très en avant aux accents pop, avant la reprise de cette course en avant, les guitares sont douces, avenantes, léger gimmick en arrière-plan, la résolution de cette chanson tourne autour de cet hymne entêtant. Sans les influences brésiliennes, bul se rapproche d'un Ninefold transalpin, avec une petite touche indie pas désagréable. Courant dans les prés, "rawalpindi" leur justifie le concept de free rock que certain ont pu leur accrocher, laissons tomber les créneaux porteurs, sortons les guitares et jouons jusqu'au matin quelque part dans les montagnes, "Mustard" en poursuit la demande d'intention, avec une guitare acoustique en intro, façon folklore américain, Johny Cash ou Neil Young, et un déluge sonore par la suite, le démarrage en côte leur réussi plutôt bien à ces petits. Après les accents outre-atlantique, bul repart sur des rivages plus calmes, "Burned beaver" se laisse couler avec le flot, emporté par le solo rageur d'une guitare à bout de souffle. Par la suite c'est une ambiance déconstruite qui se diffuse, cassures rythmiques, harmonies dissonantes, le titre se délite de lui-même, avant de se ressaisir de cet état de déréliction et d'asséner encore une fois, une dernière fois, des coups de guitares rageuses fendant l'air d'accords saturés.

bul / Chronique LP > Nanosphere

bul : Nanosphere Au niveau du son, les Pink Floyd et Smashing Pumpkins sont loin derrière un mix du gaze-rock d'Ultraviolet makes me sick avec un grain de Deftones, après pour les influences le débat restera ouvert pendant longtemps. Toujours est-il que le très éthéré "Ok" plane dans la stratosphère, petite guitare qui gratouille et surtout une voix planante et emportée, impossible de mettre lamain sur la référence qui me trotte dans la tête, mais le titre s'en passe très bien ! C'est léger, homogène, légèrement saturé, pas de fioriture, le chant en français passe sans accros, bien joué, jusqu'à un solo démentiel qui me fait mentir et montre les multiples influences du microcosme de bul. "My only star" ferra se dresser les fans de Around the fur, qui retournerons vite à d'autres préoccupations, le style gaze-rock de bul mettant les choses au clair dès le couplet.
Couplet calme et construit avec application, "Nanosphere" titre éponyme de cette démo glisse lentement, les bul se laissent aller à un titre fleuve, qui fleure bon l'expérimentation, plus sage qu'un Ummagumma, le crescendo tire des étincelles de la machinerie, et doit pouvoir mettre un feu de dieu en concert (comme le "Regis" de Dolly). La référence impalpable refait son apparition sur "Next one", qui reste un titre gentil malgré tout, et malgré les explosions. Barrage de guitares massives, un son très gras, le contraste offert par bul est saisissant, pas toujours très bien mis en relief par la production, mais pour une autoprod' ce n'est pas catastrophique, "Hia" offre un rock bien balancé, qui s'excite sur la fin, version cataclismique des shredders des années 80, qui prennent un coup de jeune par là-même, et tourne cette couleur sépia des vieux tirages à son avantage. Rock, bluesy, un peu métal, rock'n'roll, éthéré, bul passe par plusieurs couleurs à la manière d'un kaléïdoscope sans jamais paraïtre inapproprié.