rock Rock > Brand New

Biographie > flambant neuf !

Brand New n'est plus "tout nouveau" ou "flambant neuf", puisque le groupe existe depuis la fin des années 90... Le split de The Rookie Lot entraîne 3 de ses hardcoreux vers une pente plus emo-rock, Jesse Lacey (chant, guitare), Brian Lane (batterie) et Garrett Tierney (basse) fondent en effet un nouveau groupe avec Vin Accardi (guitariste) : Brand New. Ces New Yorkais (ils sont de Merrick) vont alors tout doucement conquérir le monde (malheureusement pour nous, la France n'est pas dans leur priorité). Leur premier opus, Your favorite weapon, sort en 2001 et leur permet de jouer avec New Found Glory ou Glassjaw... et de signer un meilleur deal pour Déjà entendu, une galette qui sort en 2003 et qui installe durablement le groupe aux Etats-Unis et le propulse sur la scène mondiale (mais le Japon les remarque plus que moi, lire l'article pour comprendre...). Désormais chez une major, le quatuor ne peut plus passer inaperçu, même chez nous où The devil and god are raging inside me est dispo depuis fin janvier 2007, quelques mois aprés sa sortie aux USA.

Brand New / Chronique LP > Déjà entendu

brand new : deja entendu En écoutant puis chroniquant en ce début d'année The devil and god are raging inside me, je pensais découvrir Brand New et m'interrogeait même sur le fait de ne pas encore connaître ce bon groupe... Quelques semaines plus tard, alors en pleine opération "je range mes cds", je tombe sur un sampler cartonné Epitaph classé dans les B, je le retourne et un petit encart photocopié collé derrière me laisse sans voix "Brand New Déjà entendu #6696 Out october 13th 2003". Merde, ce bon groupe que je viens de découvrir était déjà passé entre mes oreilles et j'avais pas percuté... Et oui, c'est un des "problèmes" que l'on recontre trop souvent... Un grand nombre de CDs reçus, beaucoup de boulot et donc peu de temps à consacrer aux écoutes préliminaires... Là, en plus, le CD est un "pauvre" sampler, rien qui accroche, des longs titres écrits en majuscule, seul le contact de Epitaph Europe est vraiment visible... Une écoute rapide laisse entrevoir un groupe sympathique mais qui ne casse pas des briques. Des groupes comme ça, on en reçoit pas mal, et forcément, on a tendance à davantage s'intéresser à ceux qui viennent de petites structures, qui nous arrivent avec une jolie pochette et on les écoute aussi bien plus attentivement quand un(e) attaché(e) de presse nous harcèle de mails ou de coups de téléphone...
Bref, ce jour-là, j'ai sorti Déjà entendu de sa boîte pour le chroniquer dés les vacances, histoire de rendre à César mon mea culpa, alea jacta est vidi vici tout ça. Mieux écouté (fatalement !), l'album dévoile quelques jolis morceaux, même s'ils sont moins "extrêmes" au niveau émotionnel que ceux de The devil and god are raging inside me, Brand New est alors plus pop, plus délicat, ne cherche pas le clash avec l'auditeur, préférant le charmer sur la distance. Les guitares électriques sont déjà présentes mais pas encore tout à fait portées sur l'offensive ("Sic transit gloria... glory fades", "I will play my game beneath the spin light", "Good to know that if I ever need attention all I have to do is die"), elles tapissent le fond des chansons par leurs riffs et ne prennent les devants que lorsqu'elles sont plus douces et mettent en valeur de tendres mélodies ("Boy who blocked his own shot", "Me vs Maradona vs Elvis", "Play crack the sky").
Déjà entendu est un bon album, pas du niveau de son successeur mais de là à le louper fin 2003, il fallait vraiment être débordé et inattentif, que cela me serve de leçon !

Brand New / Chronique LP > The devil and god are raging inside me

Brand New : the devil and god are raging inside me Malgré des petites notes délicates et pop pour commencer, on sent tout de suite que Brand New en a sous le pied et que "Sowing season" ne peut pas rester aussi tranquille... Mais de là à imaginer cette accélération, jouissive, à la fin de l'introduction/couplet, ce n'est pas évident, interloqué autant par la soudaineté que par la puissance de ce violent break émotionnel, on est tout aussi sur le cul quand le morceau reprend ses allures de bleuette. Aprés le refrain, très puissant lui aussi, Brand New t'aura convaincu ou alors tu passeras ton chemin. Pour moi, c'était clair, The devil and god are raging inside me était la première bonne grosse surprise de 2007. Bien que jouant sur les mêmes plate-bande que Cave In, le ton et les sons sont très différents et Brand New a son truc à lui qui fait qu'on est rapidement sous le charme.
La grosse dominante de passages en son clair, très pop, fait davantage saigner les parties écorchées par des guitares très vives, une recette bien connue mais qui fonctionne toujours, surtout quand les parties émo sont bien tenues. Pour éviter les rengaines, Brand New sort des choeurs sur "Degausser", et bien que pas très amateur de chorales, force est de constater que ça nous prend aux trippes, ce titre en est d'autant plus impressionnant...
Avec le diable et le bon dieu constamment dans la bataille, The devil and god are raging inside me ne nous laissent aucun repos et c'est avec plaisir qu'on se se fait trinqueballé entre le paradis et l'enfer, subissant le désespoir de "You won't know", la fin complètement saturée de "Welcome to Bangkok" et le rythme de "Not the sun" comme appréciant les relances éclairées de "Archers bows have broken" ou la douceur maternelle de "Handcuffs".
Un groupe hors des normes à découvrir rapidement...