rock Rock > Bow Low

Biographie > Trip à la mode de Caen

Bow Low, groupe de rock normand, sort son premier album en 2008. Rock electric band reçoit des critiques plutôt encourageantes de la part de la presse spé, si bien que la formation file se faire une réputation scénique dans l'hexagone et en Europe. En 2010, What ? sort sous la forme d'un EP dont est extrait un single à la frontière de la pop, de la new-wave et du rock qui s'intitule "1000 horses". Ce dernier sert de base de travail à un deuxième album qui voit le jour en novembre 2012 via TFT Label. Nommé 30W 10W, ce nouveau disque est influencé par les Doors, David Bowie, MGMT ou bien LCD Soundsystem. A noter que Jean-Louis Brossart, co-fondateur et DA des Transmusicales, tombé sous le charme de cette bande du Grand Ouest, les programme pour l'édition 2012.

Bow Low / Chronique EP > Happy hunting undergrounds

Bow Low - Happy Hunting Undergrounds En deux albums et un EP, Bow Low a patiemment creusé son sillon, du punk-rock à la new wave, des petites scènes ornaises aux grands festivals (Beauregard, Transmusicales, Printemps de Bourges). Après plus de sept ans d'existence et quelques inévitables changements de membres, les cinq musiciens ont choisi de continuer d'évoluer, sans pression. Aidés par la production très reconnaissable de Nicolas Brusq, déjà à l'origine d'évolutions sonores assez marquées chez certaines formations caennaises (Kim Novak en tête), les aiglons offrent, en quatre titres et quatorze minutes, une déambulation libre et assumée. Empreint de sons reverbés, de clavier 60's et de percussions, le disque rappelle instantanément une poignée de groupes (Arcade Fire, The Blood Arm, The Doors) mais sans toutefois s'attacher à un genre bien défini ; en ce sens il est en droite ligne des précédentes sorties du groupe. Le résultat aboutit au final à un EP cohérent, tribal et hors du temps - dont on peut cependant reprocher par moment le petit manque d'impact, qui les place désormais clairement dans un registre moins rock que leurs dernières productions.

Bow Low / Chronique LP > 30W 10W

Bow Low - 30W 10W
L'association-label normande TFT Label, qui compte notamment Noid parmi ses artistes, continue de soutenir vigoureusement sa scène rock locale. Parmi elle, Bow Low, un petit groupe bien sympathique dont la première touche s'est faite via un single qui sans détour a fait mouche, "Little river". Ce titre pop distingué alliant exotisme et groove imparable est hanté par les fantômes du rock anglais (citons au pif David Bowie et The Smiths), le tout parsemé de petites touches de claviers nous rappelant que le revival de la synth-pop n'est même plus un effet de mode. Quoi de mieux pour commencer les présentations ? 30W 10W, troisième disque des Caennais, nous plonge donc dans cette dualité pop où faire du neuf avec du vieux n'est pas forcément synonyme de catastrophe, surtout quand la production de Guillaume Doussaud (Aussitôt Mort, The Elektrocution, Headcharger) donne du crédit à l'ensemble. On apprécie les références aux bandes sonores de western des années 60 sur certains titres et ce petit clin d'œil fortuit en guise de conclusion ("Sympathie for you") aux voisins bretons de The Craftmen Club.