Bottle Next - Dirft Aaah ça ne doit pas être facile d'imposer sa vision musicale quand on fait partie d'un groupe composé de plus de membres qu'il n'y a de joueurs dans une équipe de hand-ball. Va demander au second percussionniste de Slipknot s'il avait son mot à dire sur les compos. Au moins, Martin Ecuer et Pierre Rettien, les deux seuls musiciens de Bottle Next n'ont pas ce problème-là avec le premier nommé à la batterie, et le second au chant et à la guitare (et très ponctuellement au saxo, juste sur un titre). Un choix organisationnel minimaliste d'autant plus pertinent quand on parcourt ce Drift, qu'il laisse une liberté évidente au duo. Metal, stoner, rock, folk, groove, Bottle Next pioche toutes ces cartes mais avec finesse. Pas besoin de sortir l'artillerie lourde pour sonner metal, et pas besoin de la jouer intimiste pour sonner folk. Pour chacun des styles, le duo en extrait quelques sons, mélodies, constructions références, et s'amuse à intégrer tout cela dans son propre style rock énergique au chant puissant sans être agressif. On ne part donc pas sur une salade de bruit, mais vers une invitation autour de rock, en prélevant délicatement les saveurs de chaque dérivé. C'est donc forcément original, et en plus, c'est très bon. Et puis si on rajoute que l'étrangeté de l'artwork semble résumer l'identité de Bottle Next dans cet amalgame aérien, que le nom de leur label (le Cri du Charbon) est d'une poésie surréaliste, que Shanka des NoOne et Marki Littieri des Snarky Puppy viennent faire une apparition sur un des titres, alors je n'ai plus rien à rajouter.