Bonbon Noir - roman L. Erwan Kern Bonbon Noir, c'est un collectif mais c'est aussi le titre d'un roman où ce "Bonbon noir" est à la fois un bijou, un lieu voire un concept. Écrit par "L. Erwan Kern", pseudo derrière lequel se dissimule (un peu seulement) Laurent (chanteur de Bonbon Noir, le groupe) qui nous narre l'histoire d'Anita Black. Une histoire en noir et blanc avec quelques touches dorées, une histoire du siècle précédent (La Grande Dépression, la Seconde Guerre Mondiale, les Trente Glorieuses...), une histoire plutôt sombre quand on suit la chronologie des différents évènements. Sans rien révéler, la trame oppose la destruction (matérielle, physique, mentale) à la construction (palpable, familiale, morale) et nous laisse penser que le monde est petit. Très petit quand il s'agit d'un lieu où l'on est prisonnier mais à peine plus grand quand de Paris à l'Irlande en passant par New York, des personnages se croisent et se recroisent. Encore plus petit quand dans un même lieu, quasi onirique, l'auteur invite Boris Vian, Elvis Presley et adresse un clin d'œil aux Beatles. Parmi les autres références, les amateurs de Flying Pooh (groupe dont est en quelque sorte issu Bonbon Noir) reconnaîtront le navire Viva San-Antonio ou leur penchant pour quelques pratiques SM (Spanking day). De nombreuses âmes habitent le récit, certaines sont perdues, d'autres cherchent leur voie, quelques-unes ne sont que lumière mais la galerie de personnages est improbable, entre l'ordinaire et l'extraordinaire, il n'y a souvent que quelques lignes. Planant au-dessus de tout ce beau monde, la vengeance motive la progression de nombreux rôles, elle créée des cycles dont on ne semble pas pouvoir voir la fin. Celle du roman, enfin de ce "Tome 1", arrive assez vite car L. Erwan Kern ne s'embarrasse pas trop avec les descriptions et le temps long, préférant l'action, le livre est une sorte de carnet intime qui ne dit pas vraiment son nom (un peu à la fin), on saute donc d'une époque à une autre, d'un fait important à une autre action qui mérite qu'on s'arrête dessus. L'histoire avance donc très rapidement, les deux cent et quelques pages peuvent même se lire d'une traite si tu as un peu de temps devant toi.

Bonbon noir est un bel ouvrage, papier glacé, couverture gaufrée, héroïne attachante, écriture alerte mais soignée, ce livre permet de mieux comprendre les titres de Bonbon Noir comme les affiches qui servent d'illustrations (signées Nicolas Lemonstre). C'est un rouage essentiel du projet et en plus ça fera beau dans ta bibliothèque.