Black Rainbows 2015 Quatre années se sont écoulées entre Hawkdope et votre album précédent Supermothafuzzalicious!!, quatre ans durant lesquels vous avez donné la priorité à des productions plus courtes notamment des splits et des EPs. C'était l'occasion de faire des expériences et d'explorer d'autres terres musicales ?
C'est vrai qu'il s'est passé du temps depuis la sortie de notre album précédent Supermothafuzzalicious!! en décembre 2011, mais depuis on a sorti le long EP Holy moon et le split avec Naam, White Hills et The Flying Eyes. On a aussi pas mal composé, on avait des centaines de morceaux de chansons, d'idées, de riffs et des titres ont été enregistrés. On répète au studio HeavyPsychSoundsRecords donc on a la chance de pouvoir enregistrer dans des conditions professionnelles toutes les répètes. Quand on doit enregistrer, on a déjà une idée de ce qu'on peut faire. Ça nous prend quand même 2-3 ans... On voulait faire un bon quatrième album, ça prend du temps de sélectionner les meilleurs morceaux, du coup on a préféré sortir l'EP et le split parce qu'on voulait vraiment un gros truc pour le quatrième chapitre ! L'album fait 45 minutes, il y a 9 nouveaux titres dont un acoustique et un autre assez psyché-spatial. Je pense que Hawkdope est la synthèse du son de groupes comme Monster Magnet, Hawkwind ou Fu Manchu avec des passages heavy psyché stoner, des moments sous LSD et des teintes hard rock orientées psychédéliques ! Honnêtement, l'album est très très bon, c'est vraiment notre meilleur album !

Vous aviez beaucoup de titres enregistrés ?
Au départ, on a décidé d'enregistrer 18-19 nouveaux morceaux, bosser ces titres avec les arrangements, les textes et tout le reste, c'est un énorme boulot, on a commencé à enregistrer à la fin de l'été dernier, au total on avait 2h45 de musique enregistrée ! A partir de ça, on a choisi ce qu'on préférait pour avoir au final une grosse quarantaine de minutes. On va assez vite en studio, le premier jour on bosse le son, histoire de choisir la meilleure caisse claire parmi quatre et les meilleurs toms parmi 7 différents, de régler la position des micros... Le deuxième jour, on se chauffe, on commence doucement les enregistrements avec des séries de morceaux et pour tout dire, on apprécie de faire de grandes pauses pour ne pas être trop stressés. Deux jours plus tard, tout était dans la boîte ! Le cinquième jour, on écoute attentivement chaque prise, si on trouve des trucs à refaire, on le refait, là, il y avait quelques passages trop rapides. C'est la première fois qu'on enregistrait tous ensemble dans la même pièce, les fois précédentes, on a toujours enregistré les uns après les autre avec guitares puis basse puis batterie puis chant. Pour autant ça ne signifie pas un meilleur résultat, on ne veut pas forcément un son ultra pro et des truc super propres, on a besoin du rythme, de la bouillasse et du liant que tu as quand tout le monde joue ensemble l'un en face de l'autre. En ce qui concerne la production et l'édition, on voulait quelque chose de plus court pour être plus facile à écouter. Quand on a choisi les titres, on a pris différents rythmes, différentes tonalités, différentes durées pour avoir un ensemble assez varié qui ne soit pas chiant à écouter. On ne veut pas être un groupe qui suit toujours la même recette comme AC/DC ou Rage Against the Machine, on peut avoir un titre psychédélique de 12 minutes comme un titre stoner de 3'30". Le seul truc, c'est la ligne directrice entre chaque morceau, on a enfin réussi à avoir ça en temps que groupe. On a aussi notre propre son, on peut en changer mais si tu écoutes un titre assez acide ou un truc plus bourrin, tu comprends tout de suite que c'est le même groupe.

Black Rainbows - Holy moon Hawkdope a été enregistré avec un nouveau line-up, c'est difficile de garder le même personnel quand on a un groupe de rock ?
Hey ! On a le même line-up depuis Holy moon ! Black Rainbows n'a changé qu'une fois de batteur en 2011 et de bassiste en 2012, pour le reste, c'est assez stable, les autres ont eu des soucis pour gérer le boulot et la vie de famille alors que le groupe commençait à bien marcher. Ceci dit, t'as raison, parfois, c'est assez difficile de bosser dur tous ensemble.

Tu as ton propre label et produit des groupes plus ou moins connus, à quoi ressemble la scène rock en Italie ?
Il y a un paquet de bons groupes en Italie et à Rome, la scène stoner n'est pas très grande mais elle est plutôt sympa. On est un peu éloigné du Nord du pays où les groupes jouent facilement, un combo qui passe par Munich ou Zurich peut aller jusque Milan mais descendre jusque Rome est plus difficile. Pas mal de groupes viennent à Rome parce que c'est la ville de l'amour et qu'ils veulent la visiter mais pas autant que dans le Nord. Quand tu as plein de groupes du même genre musical qui tourne dans ta ville, c'est plus facile pour que la scène se développe, ici, ça ne se passe que partiellement. On a de bonnes salles comme le Sinister Noise, l'Init Club ou le Traffic Club, toutes ont une super programmation psyché, métal, stoner, il y a un public pour ces concerts, il apprécie ce genre de musique mais ce n'est pas vraiment des gens qui sont à fond dans le stoner, ils aiment le style mais aussi de nombreux autres trucs indés. Je dirais que ce public aime la musique en général plus que le stoner. La ville est magnifique mais pas vraiment rock n roll, le mode de vie nocturne n'est pas tout à fait le même. Les fans de heavy-psyché stoner ne sont pas nombreux, que ce soit en Italie ou ailleurs, à part peut-être en Allemagne et en Autriche où ils sont un paquet même si ça reste bien moins que la scène métal. On est une petite scène dispersée dans plusieurs pays. Il y a des villes avec pas mal de gens impliqués et d'autres avec personne qui ne s'intéresse à ce genre de musique, c'est pareil partout, ici comme en France, en Espagne, aux Pays-Bas, en Belgique... Peut-être que tu ne le sais pas mais l'Italie a un truc particulier avec le stoner, on a toujours eu des groupes, des bons groupes, des labels, des tourneurs... Peut-être qu'on n'est pas bon dans la promotion et que nous ne sommes pas un pays rock, notre mode de vie est assez différent de celui des Américains ou des Anglais. On est un peu dans l'ombre mais on a quand même Ufomammut signé chez Neurotic Rec, The Secret chez Southern Lord, Isaak chez Small Stone Rec. et d'autres plus petits groupes qui font de la bonne musique. Au Sud, il y a moins de groupes et de salles, la scène est donc plus petite, mais à Rome et dans le Nord, il y a de supers clubs, plein de groupes et un public pour les concerts. La semaine dernière, j'étais au concert de Earth à Rome, il y avait 400 personnes, Dead Meadow ne fait jamais moins de 300 entrées, pareil pour Acid Mother Temple, il y a des gens pour supporter cette scène.

Qu'est-ce qui fait la différence dans un groupe débutant selon toi ?
Les premières choses que je vois dans un groupe, c'est sa musique et son attitude rock n roll, la musique passe avant tout mais voir que le groupe est cool et qu'il arrive à bien tourner, c'est important aussi. Si le groupe est fainéant, s'ils n'en veulent pas vraiment, ça ne marche pas. Pas mal de groupes veulent faire un album mais un groupe cool veut jouer, faire des concerts, rencontrer des gens, bouger...

Vous avez rejoint Purple Sage PR pour la promo de cet album, tu connais d'autres groupes qui bossent avec eux ? Et notamment Mars Red Sky ?
Ouais, bien sûr ! Claire de Purple Sage est jeune et bosse dur, on travaille avec elle pour la promo de cet album en France, et je t'avoue que je ne m'attendais pas à grand chose et au final, elle fait un super boulot ! Je connais Mars Red Sky mais aussi Dopethrone, c'est des groupes vraiment cools. Et il semble que l'agence a une bonne connexion avec l'Angleterre aussi...

Hawkdope est plus calme et psychédélique que l'album précédent, c'est volontaire ou c'est juste arrivé comme ça ?
Chacun de nous entend l'album de façon différente. Je pense que l'on retrouve l'agressivité dans le son, on a toujours ce mur de fuzz qui arrive dans ta face donc c'est pas si calme ! Depuis Holy moon, on est plus psyché et moins rock que pour Supermothafuzzalicious!! ou stoner comme sur Carmina diabolo.

As-tu des influences littéraires dans tes paroles ?
Les textes sont assez importants, mais ce n'est pas le plus important... Bien sûr on veut parler de trucs qui ont un lien avec notre musique, une sorte d'hommage au rock des années 70 aux années 90. On n'a pas spécialement de message à transmettre par les mots, la plupart du temps ça traite de visions ou de trucs sous acide ! La plupart des histoires sont totalement inventées, dans le détail, tu as "The prophet" qui traite de l'arrivée d'un prophète dont la prophétie se réalise, sur "Wolf eyes" j'imagine être en face d'un animal monstrueux et affamé qui cherche de la chaire humaine ! "Killer killer fuzz" est pour notre grand amour, la pédale "fuzz", je décris combien elle peut faire des dégâts ! "No fuel no fun" est sur le thème de la fête, des sorties et de l'alcool, "Hypnotize my soul with rock n roll" traite de l'amour du rock et "The cosmic picker" est une autre chanson sur un trip vécu par un mec qui mange des champis. Enfin "Jesus judge" est un remix d'expériences vécues personnellement de près ou de loin. Au départ, c'était super dur pour moi d'écrire des textes, mais avec les années, je trouve ça plutôt intéressant et plaisant, j'ai plein de trucs à raconter, j'ai de l'imagination à revendre ! Parfois, c'est cool d'écrire de nouvelles chansons même si à l'opposé, c'est très frustrant de ne pas avoir la bonne idée pour se lancer.

Black Rainbows - Hawkdope Chacune de vos sorties est éditée en vinyle pour les collectionneurs, c'était quoi ton premier vinyle acheté ?
Je crois que c'était Killer d'Iron Maiden, j'avais 7 ans, j'étais à Londres avec mes parents et un cousin plus âgé avait un poster de Maiden, quand j'ai vu l'album au magasin, je le voulais ! C'était un gatefold !

Et ton premier CD ?
Ça devait être Primus ou Body Count.

D'après toi, qu'est-ce que ce retour du vinyle signifie dans l'industrie musicale ?
De ce que je sais, certes les vinyles sont de retour mais ça reste un tout petit pourcentage du business. On en voit beaucoup parce que les fans les montrent beaucoup. Le vrai marché est du côté des CDs et du digital. Ceci dit, c'est vraiment bon pour notre scène et pour les groupes heavy psyché, stoner, doom, retro... parce que le public est accro aux vinyles et en achète, ça aide beaucoup aux finances des groupes.

Tu télécharges des trucs illégalement ?
Personnellement non... Parce que je suis nul, je ne l'ai jamais fait parce que je n'ai pas les programmes pour le faire. Pour les petits groupes, le téléchargement est une bonne chose, ceux qui sont touchés, c'est la grosse industrie et franchement, j'en ai rien à foutre !

Vous avez une tournée de prévue ? Et ensuite, déjà des projets ?
On a une tournée qui débute mi-avril qui passe par la Finlande, l'Estonie, l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse, en juin on sera en Angleterre, pas mal de dates devraient encore s'ajouter, notamment des festivals cet été. On espère toucher plus de monde, faire plus de dates et pourquoi pas trouver d'autres labels et de plus gros festoches. On a encore pas mal de chansons à sortir donc je pense qu'on va être assez actif de ce côté-là dans les mois à venir.

Quelque chose à ajouter ?
Appréciez ce nouvel album, soutenez la scène indé parce que c'est le coeur de la scène musicale. Hawkdope est notre meilleur album alors on espère que vous l'aimerez autant que nous et si vous avez l'occasion, venez nous voir en concert !