Black Moth - Anatomical Venus Imagine : tu trouves une boite de chocolats estampillée "Stoner and doom from UK", tu choisis le parfum Anatomical Venus. C'est un beau chocolat, bien noir, bien gros, imposant. Tu croques le spécimen, c'est corsé, lourd, piquant mais pas trop violent. En poursuivant la dégustation, tu arrives au cœur du chocolat. Apparaît alors une variation subtile et sympathique, une note plus sucrée mais de caractère, qui relève l'ensemble. C'est l'effet Black Moth. Passons le parallèle cacaoté, et revenons aux sensations auditives à l'écoute de ce troisième LP de ce quintet de Leeds. Ce dernier développe un très bon doom métal, avec quelques insertions stoner et sludge. C'est carré, ça déborde pas du trait. Pour la partie instrumentale, Jim Swainston, Federica Gialanze, Dave Vachon et Dom McCready maîtrisent leur sujet : 10 tracks techniques et mélodiques, bien produits, avec un son aux petits oignons. Mais cette petite saveur "en plus" qui est au coeur de Black Moth, c'est la prestation de Harriet Bevan, chanteuse du groupe. Une belle voix grave et puissante, tout en contrôle, qui parfume superbement le tout. Si tu aimes le chocolat, pardon, le rock noir, amer et intense viens donc piocher un morceau.