rock Rock > A Backward Glance On A Travel Road

Biographie > ABGOATR

A Backward Glance On A Travel Road est un projet à la cinégénie affirmée dont l'ambition n'a d'égal que la longueur de son nom. Emmanuel Jessua (guitare, chant, piano), Thibault Lamy (batterie, percussions, sampling), Gredin (basse, choeurs) & Jonathan Maurois (guitare), qui forment également le line-up d'Hypno5e y racontent un film en noir en blanc, un scénario de long-métrage fait de blessures et d'apesanteurs. Une musique à situer quelque part entre Death In June et Steve Von Till. Avec leur premier albums, les membres d'ABGOATR essaient de faire accoucher l'enfant illégitime du rock acoustique et du néo-folk...

A Backward Glance On A Travel Road / Chronique LP > A backward glance on a travel road

a Backward Glance on a Travel Road Il est des groupes que l'on se refuse à enlever de nos playlists. A Backward Glance On A Travel Road est l'un d'entre eux. Amenée à écouter des dizaines de nouveaux groupes chaque jour, j'espère chaque fois l'arrivée d'une bonne surprise. Dans le tas, un beau jour, je tombe sur un album composé par quatre compères également membres d'Hypno5e, un groupe de metal expérimental de haute volée.
Album éponyme, le premier né d'A Backward Glance... est une merveille, une folie devrais-je dire. "Regular barbary" entre en scène avec du piano baroque en intro rapidement suivi de guitares flamenco et d'arpèges magiques. "Là maintenant, maintenant c'est déjà fini". Ecoutez le sample jouer divinement son rôle de chef d'orchestre, subtil, fugace. "J'essaye de cerner ma propre pensée et la parole, d'où vient la parole ? Peut-être que les gens parlent sans arrêt comme des chercheurs d'or.".

Bienvenue en terre inconnue. Bienvenue au pays de l'ailleurs composé de huit morceaux et tissé sur 40 minutes de notes. Le groupe ne se détache pas complètement du metal atmosphérique d'Hypno5e en gardant les samples et une dimension introspective et philosophique (la parole, l'autre, la reconnaissance), mais ce nouveau groupe est pourtant bien différent du premier du nom, expression d'une humeur nouvelle chez les montpelliérains. Halluciné, psychédélique, multiple, un titre comme "Falling" fait danser chœurs féminins et masculins ensemble, teintant l'atmosphère d'une aura fantastique et aérienne. On sent presque le poids de l'air nous passer sur le visage tant l'univers créé est palpable et insaisissable à la fois. Comme un film en noir et blanc qui défilerait au ralenti et dont on ne saisirait pas les paroles. Pourtant dans cet album des paroles il y en a : celles des samples tirés de films français et anglais, parcelles soigneusement choisies pour agripper nos sens, "SOS, help me, SOS help me" ("Falling"), "Le vent qui roule un cœur sur le pavé des cours, un ange qui sanglote accroché dans un arbre" ("In absentia Part I").
La parole, thématique centrale de l'album, les A Backward Glance On A Travel Road se la réapproprient dans les morceaux "Approximativement moi", "Johnny got his gun", et "In absentia Part II", titres sur lesquels on les entend chanter. Une vocaliste d'opéra assure l'élévation, les guitares acoustiques la traversée de la Bolivie et de l'Espagne, ces chaudes terres d'accueil qui font virevolter les sons. Le talent du groupe assure le gros du contrat, un album sur fond d'élévation céleste aux mains de créateurs itinérants.