Baby Chaos 2015 En 2005, on s'est vu à Lille pour une interview de Deckard, on avait terminé par "il y a 10 ans" (tu voulais savoir où était ta prochaine bière) et "dans 10 ans" et tu avais répondu "on continuera", pensais-tu que Baby Chaos serait de retour ?
Non, il n'y avait pas de plan à ce moment-là. En fait, c'est un des Dead Pop Club qui m'a dit que ce serait une bonne idée, et même après ça, il a fallu encore quelques années avant que ça ne devienne possible. Le truc c'est qu'on ne voulait pas faire un come-back pour jouer nos vieux titres, il fallait avoir quelque chose de nouveau, donc quand les 4 membres originels de Baby Chaos se sont remis ensemble, on a réfléchi au fait de jouer avec un nouveau nom ! (rires) Finalement, nous avons décidé que c'était bon, nous pouvions de nouveau être Baby Chaos et faire quelque chose de nouveau et de voir comment ça faisait...

Baby Chaos n'avait pas vraiment disparu car Deckard jouait encore quelques titres en live, qu'est-ce qui a déclenché ce retour ?
Ginger Wildheart nous a demandé de nous reformer pour un de ses concerts qu'il donnait à Glasgow, comme il était un ambassadeur fantastique pour Baby Chaos et Deckard (et d'innombrables autres groupes) nous voulions vraiment le faire. Le concert a été génial et dans les semaines qui ont suivi, on a discuté de répéter et d'écrire des titres avec pour objectif un nouvel EP ou un album. C'était il y a 4 ou 5 ans... On a pris notre temps... mais tout le monde est très occupé et pas forcément au même endroit donc trouver le temps de répéter et d'enregistrer a été très difficile.

17 ans après, qu'est-ce qui a changé quand vous avez recommencé à composer ?
Pour moi, je trouve le processus beaucoup plus facile maintenant. Quand j' étais plus jeune, j'étais toujours très frustré de ne pas réussir à retranscrire ce que j'avais en tête dans ce que nous jouions ensemble dans notre local, mais maintenant je sais que ce que j'entends dans ma tête sera possible à faire même si cela nous prend un certain temps pour comprendre comment y arriver. Je pense que la technologie et les possibilités d'enregistrement actuelles m'ont énormément aidé. Nous ne pouvions pas nous permettre d'avoir un si bon disque si nous le faisions nous-mêmes dans le milieu des années 90. Ensuite, tu devais aller dans un très bon studio pour obtenir un bon résultat et il fallait un grand ingénieur du son dans un grand studio pour appliquer les petites touches qui faisaient la différence. Au final, ça coûtait très cher, rien que la bande multi-piste te coûtait une somme rondelette.

J'ai retrouvé la fraîcheur et le dynamisme de vos vieux albums, vous avez fait attention à ce que vous composiez pour rester dans l'esprit Baby Chaos ou c'est juste dans votre ADN ?
Ca nous semblait évident que si nous utilisions le nom Baby Chaos, il devait y avoir une sorte de correspondance avec nos deux premiers albums, mais nous sentions que nous pouvions la cantonner à quelques chansons uniquement, puis juste laisser notre inspiration nous guider pour le reste de l'enregistrement.

Vous avez composé beaucoup de titres pour l'album ?
Non, pas vraiment... La dernière piste est devenue "Habibi", qui a été en fait écrit comme un bonus track pour le Japon, mais on le trouvait tellement bon qu'on a ajouté cette plage sur l'album. Il n'y avait pas de quoi vraiment couper dans le tas, je savais que les chansons étaient bonnes et que nous pourrions faire en sorte qu'elles fonctionnent.

Le fait d'avoir ton studio à Glasgow et de tout faire toi-même en terme de production, c'est plus ou moins de pression vis-à-vis des autres ?
(Rires) Non, ce c'est vraiment pas de la pression pour moi. Je peux prendre mon temps et faire avancer les choses correctement, j'ai pas mal d'expérience en tant que producteur et j'ai davantage confiance en mon travail, même si ce ne est pas tout à fait bon du premier coup, je finis par obtenir ce que je veux. Grant, le guitariste, m'a fait remarquer que la différence entre le premier mix et le deuxième était flagrante, il était vraiment enthousiaste, alors que je ne me souviens pas d'avoir fait grand chose à part quelques petites modifications... Parfois ce sont les petits trucs qui font toute la différence. Je pense qu'ils sont tous contents du boulot, à moins qu'ils n'osent pas me le dire ! (rires)

Olivier Portnoi est l'un des invités, tu avais travaillé sur le Home rage des Dead Pop Club il y a 5 ans, pourquoi lui avoir demandé de venir chanter ?
Il était à Glasgow, il jouait avec Maladroit et je lui ai dit de passer à la maison, il se trouve que le studio est à l'arrière, je lui ai fait écouter quelques pistes et lui ai demandé de chanter quelque chose parce que je voulais beaucoup de voix différentes pour telle et telle partie... Il l'a fait et surtout sur la première piste "You can't shut us up", sa voix s'adapte parfaitement, je suis très heureux qu'il ait pu le faire, c'est un très bon pote même si nous ne voyons que très rarement.

2 titres sont co-écrits avec Craig Grant avec qui tu tu jouais dans Union of Knives, finalement presque tout le monde est là sur cet album ! Qui aurais-tu aimé y voir participer également ?
Je voulais vraiment que Craig participe, au moins qu'il puisse chanter sur l'album mais il habite désormais à l'autre bout du pays en Cornouailles... Je suis très heureux des différentes participations, c'était très ouvert et ça c'est fait en fonction des gens qui passaient au studio, peu importe quand. J'apprécie que ma fille Matilda chante sur un titre, même si ma femme pense que sa prononciation n'est pas parfaite, je trouve ça très mignon.

C'est important d'impliquer la famille dans le projet Baby Chaos ?
Ca me semble juste naturel. Je travaille à la maison, j'amène régulièrement mes enfants à l'école ou à la garderie, ils passent tout le temps me voir dans le studio, Lucy et moi avons travaillé sur différents projets musicaux par le passé, c'est comme ça que j'aime faire de la musique.

Lucy Gordon - Prudence (Baby Chaos) Cet aigle sur la pochette ressemble beaucoup à celui de Mogwai, tous les groupes écossais sont fans de fauconnerie ?
Ouais... Je ne connaissais pas cette pochette avant que l'on m'en parle. On a bien entendu montré la pochette à quelques personnes avant de la valider et personne ne nous a dit "hey, ça ressemble à celle de Mogwai". Je pense que si quelqu'un nous avait fait la remarque, on n'aurait pas utilisé cette image mais voilà, c'est fait... C'est une peinture de ma femme qu'on a modifié, au départ l'aigle portait un bonnet de bain rose... Et je ne rigole pas, le décalage, c'est une des marques de fabrique de ma femme... Bref, on cherchait une image qui puisse devenir facilement une icône, quand j'ai vu celle-là, j'ai pensé que ça fonctionnerait. On avait émis l'idée d'utilisé l'image partielle d'une femme, comme pour les deux premiers albums mais on n'a pas creusé cette piste, dans tous les cas, je suis très content de cet artwork, je l'aime beaucoup. Désolé Mogwai.

Vous allez venir jouer en France ?
Oui, carrément. Peut-être que ce sera avec Dead Pop Club, rien n'est bouclé encore mais c'est dans les cartons et on veut absolument venir en France, et ce sera certainement cette année.

Baby Chaos avait eu pas mal de succès, vous avez des attentes particulières du public français ?
Après un aussi long break, c'est vraiment difficile de savoir à quoi s'attendre mais la France a toujours été super cool avec nous donc avec un peu de chance quelques personnes se souviendront de nous et achèteront le disque et on espère qu'ils auront une bonne surprise et penseront qu'on est toujours bons voire même meilleurs que par le passé.

Kicking Records sort le disque chez nous, tu les as choisis avec les conseils d'Olivier ?
Oui, quand Olivier est passé, je lui ai demandé conseil et il m'a dit qu'il sonderait Mr. Cu de Kicking Records pour voir s'il était intéressé. Et il l'était. Il a réussi à nous faire distribuer par PIAS donc tout s'est super bien mis en place. L'autre jour, j'ai reçu un mail bien sympa de Mr. Cu, il disait qu'il écoutait le disque tous les jours. C'est tellement bon de savoir que les gens qui nous aident apprécient notre musique.

Tu connais des groupes qui sont sur le label à part Dead Pop Club ?
Pas vraiment non. Mais j'ai vu qu'ils avaient sorti un tribute aux Burning Heads et je me souviens d'avoir fait plusieurs concerts avec eux au milieu des années 90...

Baby Chaos - Skulls. Skulls. Skulls. Show me the glory L'an dernier, vous avez fait quelques concerts avec Ginger Wildheart. Ginger a joué de la guitare avec vous, The Wildhearts a repris "Rearrange you" sur leur album Stop us if you've heard this one before Vol. 1 il y a quelques années, quelle relation vous avez avec lui ? On peut imaginer une tournée commune à travers l'Europe ?
C'est un mec en or, un vrai soldat de la musique, un porte-parole authentique, un pionnier pour ce genre musical dans lequel on se retrouve. On ne se voit pas très souvent mais à chaque fois, on est très heureux de se croiser. On est très reconnaissant de toutes les jolies choses qu'il a dites sur Baby Chaos et Deckard. Et on lui doit beaucoup dans notre reformation, c'est lui qui a insisté pour qu'on fasse ce concert. On pourrait faire une tournée commune, on verra, on a failli faire un album ensemble et puis il a plein d'idées dingues (rires)...

Et pour finir, dans 10 ans, tu t'imagines comment ?
Je me souviens de Trent Reznor disant qu'il ne voulait pas jouer "Head like a hole" quand il aurait 50 ans, et puis il s'est pas mal réinventé comme compositeur de musique de film donc il arrive à gérer ça. C'est comme s'il se disait "je bosse sur ce truc donc tant que je créé et que j'avance, je peux continuer de jouer "Head like a hole" de temps en temps histoire de faire plaisir au public". C'est à peu près ce que je ressens pour Baby Chaos même si bien sûr, on n'est pas vraiment au même niveau (rires) ! Il y a quelques années quand on a commencé à composer cet album, je ne savais pas trop si je voulais vraiment refaire un album de rock... Et puis je me suis laissé porter pour voir où on allait, j'étais dans une pièce avec trois de mes meilleurs potes, ils voulaient le faire, je pensais que je devais en être, alors voyons voir... Ca a pris forme très vite et particulièrement pour le chant que je trouve assez cathartique, ça permet de sortir tous les trucs qui le devaient... Bref, dans 10 ans, je pense que si je suis encore inspiré et créatif, d'une manière ou d'une l'autre, je jouerais encore avec Baby Chaos, peut-être avec Union of Knives, pourquoi pas un poil avec Deckard et certainement au moins un autre nouveau groupe dont je ne sais encore rien ! (rires)