Rock Rock > B.Alone

Biographie > B Initial

Nous ne savons pas réellement qui est B.Alone. Par contre, pour savoir ce qu'il a fait, ce monsieur n'a pas sa langue dans sa poche. Cet être mystérieux peut se targuer d'avoir une expérience musicale riche et d'avoir travaillé sur les albums d'un grand nombre d'artistes tels que le Maximum Kouette, V.L.A.D. ou Quincannon. Assistant puis arrangeur du compositeur Stéphane Meer (Indochine, Olivier Angèle), B.Alone est un musicien accompli qui n'hésite pas à côtoyer et prendre conseil auprès des Peaches, Gonzales ou Eric Serra. Se disant autant influencé par Andrei Tarkovski que Fugazi, B.Alone est également un amateur de remix qu'il n'hésite pas à mettre en œuvre avec des artistes divers et variés (Yuri Buenaventura, Noir Désir, John Spencer Blues Explosion ou Salif Keita). Réalisateur de la BOF de "Sex lives of the Potatomen", B.Alone sort fin 2008 son premier album solo, Beautiful, dont les paroles en anglais sont de Pascal Renard.

B.Alone / Chronique LP > Beautiful

B.Alone - Beautiful Benoît ? Bertrand ? Brian ? Nous ne saurons probablement jamais qui se cache derrière le personnage de B.Alone. Seule certitude : l'homme est (enfin) seul derrière ce projet...solo. Travailleur de l'ombre pour bon nombre d'artistes d'horizons divers, il était temps pour ce diplômé en musicologie de passer de l'autre côté de la barrière et de faire sa propre cuisine. C'est maintenant chose faite avec ce Beautiful, premier album solo aux accents pop et funky. A écouter la musique de ce mélomane pur et dur, nous ne pouvons nier l'évidence : l'univers de B.Alone est fait de romantisme, de sensualité et d'amour. Et puis il y a des signes qui ne trompent pas lorsque, par exemple, des mots comme "love" ou "peace" squattent dans des titres de chansons ou que la pochette blanche du disque représente un homme que l'on imagine nu (NDLR : Celui qui ose commenter la fin de cette phrase passera un sale quart d'heure). "Time is love" lance dès le départ ce groove tant efficace que l'on retrouvera par intermittence dans cet album : une succulente ligne de basse bien présente et les guitares funky nous laissant dans une atmosphère enclin à la fois à la danse et à l'onirisme. La voix de tête souvent utilisée par B.Alone accentue ce côté sensuel que l'on retrouve chez des artistes comme Prince. Beautiful, comme indiqué plus haut, nous réserve également des titres pop plus intimistes à l'instar de la superbe "The killing moon", très Radiohead ou la mélancolique "Hot peace" entièrement élaborée au piano. Ce premier album à deux visages, l'un rythmé, l'autre plus sentimentale, est plutôt une réussite si on tient compte du fait qu'il soit réalisé par une seule et même personne. Indéniablement, on sera plus déçu par le manque de prise de risque au vu des influences de B.Alone. Cette démarche artistique assez tournée vers le grand public, de par l'accessibilité de ce style de musique à l'eau de rose, est un choix qui permettra à ce boulimique de son d'avoir de bons retours sur son travail et une base de fans non négligeable (ou pas...). Avis aux lovers, ce disque est fait pour vous !