Retracer la biographie d'AudioSlave peut au choix prendre quelques lignes ou faire l'objet de différents ouvrages... On optera pour l'option "quelques lignes" puisque la plupart des ouvrages ont déjà été écrits... Soundgarden a rendu les armes avant le revival grunge, laissant aux seuls Pearl Jam le lourd fardeau de l'héritage vivant du son de Seattle. Son frontman Chris Cornell a bien tenté une aventure en solo mais ce n'était pas vraiment ça, ses rock songs n'avaient pas réellement d'âme... Rage Against The Machine a par contre subi un clash à son sommet, après 3 albums de compositions studio dont un qui marque l'histoire du Rock, ils s'attaquent à des reprises avec Renegade et ne se dirigeant plus tous les quatre dans la même direction, ils décident de se saborder, Zack de La Rocha s'en va monter son projet solo, laissant ses comparses Tom Morello (guitare), Tim Commerford (basse) et Brad Wilk (batterie) composer de la musique dans leur coin... RATM étant un des plus grands groupes des années 90, les rumeurs vont bon train sur le remplacement de Zack, Chris Cornell jammant avec les ex-Rage, n'en est d'abord qu'une de plus et puis elle se confirme. Ils composent ensemble, un nouveau groupe va naître (d'abord appelé Civilian), le net s'empare de versions démos, l'album serait prêt plus rapidement que prévu... Mais c'est à nouveau le clash, le groupe n'est pas content de ce qu'il produit et décide de renoncer. Stupeur, émoi, respect. Mais AudioSlave, car c'est finalement ce nom qui sera choisi (après moultes aventures et dénominations) refait surface et mi-novembre, leur album éponyme fleurit. Une nouvelle flamme ranime les cendres de deux groupes cultes, la pochette est plus qu'explicite.