Artimus Pyledriver, ça c'est le genre de nom de groupe qui en jette non ? Ok pas vraiment, mais en même temps, il y a une raison bien précise à ce choix : rendre hommage à Artimus Pyle, batteur de Lynyrd Skynyrd, véritable légende de ce que l'on appelle le southern rock. Un bon gros rock bien heavy, rageur et imbibé de whisky. C'est en 2002 que les plus fervents amateurs du genre auront peut-être entendu parler d'Artimus Pyledriver, puisque le groupe natif d'Atlanta, sort alors son premier essai discographique : un EP 5 titres baptisé Southern Fried Rock (tout un programme, sic).
Atlanta, c'est le berceau de la marque Coca-cola, l'organisatrice des J.O de 1996, mais surtout, ville natale de Nashville Pussy, l'une des icône du southern rock. Forcément, les Artimus Pyledriver ne pouvaient laisser passer cette opportunité et ouvrent pour la bande à Blaine Cartwright sur plusieurs dates de leur tournée 2004. Histoire de se forger une véritable expérience scénique, mais également de rôder en live quelques titres devant figurer sur le tracklisting du premier LP du groupe. Un album éponyme produit par les membres d'Artimus Pyledriver mais également par un certain Dave Angstrom (Hermano), lequel leur a prêté son propre studio. Octobre 2005, les américains ont signé chez les belges de Buzzville Records et leur premier album sort en France via Longfellow Deeds Records.