rock Rock > Anyone

Biographie > N'importe qui

Anyone est presque inconnu... Mis à part les sources officielles, il est bien difficile de se procurer des infos sur ce nouveau groupe. On va donc répéter que le chanteur guitariste Riz Story jouait auparavant dans Sylvia, un groupe basé en Californie où officiait également Taylor Hawkins (batteur des Foo Fighters !). En 95, l'aventure Sylvia s'arrête faute de combattants (Taylor quitte le groupe, le bassiste part pour Seattle), commence alors celle de Anyone, ce nouveau nom étant choisi après que Riz ait rencontré Nipples (batteur) et qu'ensemble ils tombent sous les coups de disto de Static (bassiste).
Le groupe s'autoproduit et sort un premier album du nom de Live acid qui est comme son nom l'indique un album live... ce concert du groupe a également était filmé et en a été tiré un documentaire qui a fait du bruit à Orange County (le district le plus prolifique en groupe de renom !). Anyone reste cependant un "local band" surtout réputé pour ces concerts où des projections vidéos et des danseuses participent au show. Leur proximité de la fameuse scène californienne et donc de KoRn leur permet de facilement nouer des contacts, et fin 99 RoadRunner signe le groupe. C'est au printemps 2000 qu'ils enregistrent cet album sous la houlette de Rick Parasher (qui a travaillé avec Pearl Jam, Alice in Chains...), il ne sortira en Europe que bien plus tard, après avoir fait ces preuves aux USA. C'est donc en septembre 2001 que le skeud attérit dans nos bacs, un skeud pas spécialement métal (étrange pour RoadRunner), pas très méchant, très étrange et étrangement accrochant...

Anyone / Chronique LP > Anyone

Anyone : album Anyone ne fait pas une musique facile d'accés... Déjà, il faut passer le cap de l'artwork de la pochette que l'on peut qualifier d'affreuse ou de ridicule et qui fait quand même bien "camionneur attitude". Donc si tu passes outre la pochette et que tu écoutes l'album, voilà ce qu'il se passe (à peu prés...) Les premiers riffs de "Giving thrills", qui ouvre l'album, sonnent entre rock et métal et sont assez habituels, même si on peut déjà dénoter quelques effets de guitare assez particuliers... le choc c'est ensuite. Le choc c'est la voix de Riz Story, très aigue, très tiraillée, très complexe à apprivoiser. Mais cette voix, associée aux sons et ambiances un peu psyché sur les couplets nous transporte sur les refrains plus basiques et ensuite, c'est terminé. On est accroché, y compris sur les couplets/breaks où elle nous semblait si spéciale... Pour le reste, on passe aussi de trucs assez classiques à d'autres trucs totalement barrés... au hasard on trouve des riffs néo-punks sur "Don't wake me", une accroche très agressive sur "Hitches", un titre psyché-pop-floydien sur "Slaves (part 12)" qui sert en fait d'intro à "Real" qui mixe petite mélodie sympa et enchainements métal, un vieux rock comme "Running dry", une balade pour les filles "She"... Bref, ça part dans tous les sens si on l'écoute en profondeur mais si on reste en surface, on a un ensemble rendu très cohérent par le son de guitare (et des effets très travaillés), les rythmes toujours trés rock du côté de la batterie et surtout par cette façon de chanter qu'on a du mal à décrire. Pour donner un nouvel exemple, sur des passages de "Wait until morning" on pense à Orgy alors que sur "Whole world's insane", on pencherait plutôt pour un croisement des 2 chanteurs d'Alice in Chains ! En résumé, Anyone ne fédérera jamais les foules, il y aura ceux qui apprécient sans vraiment savoir à quoi ça tient et ceux qui ne supporteront pas tant de diversités. Moi je suis comme hypnotisé, je ne comprends pas pourquoi mais j'aime ça...