Alcohsonic - Songs from the delirium tremens world "Welcome to the delirium tremens world", les Alcohsonic sont de retour avec un album au concept bien délire. Rien qu'à voir l'artwork, on a déjà un aperçu de ce à quoi va ressembler le disque. Soit un éléphant rose, des personnages de bande-dessinée qui peuplent un univers onirique et bigarré sérieusement alcoolisé, les Alco ont soigné l'esprit du contenant, ne restait plus qu'à avoir une idée du contenu. Et là, on affute les guitares, on sort le cuir, on s'étire le temps d'un "Enter the delirium" introductif, on branche les amplis et on s'envoie un "Follow me, I'll flee from you" groovy et ravageur dans les écoutilles. Electrique et turgescent, dopé par un feeling monstrueux, on tient assurément là le premier tube de ce Songs from the delirium tremens world. Un rock aux tendances heavy blues légèrement old-school, une production plutôt classe et des refrains qui collent le tympans aux enceintes, la recette est simple, le résultat, terriblement efficace. Le groupe a toujours le "mojo" pour distiller un garage rock acide et furieusement amplifié ("Mojo driver", "Spam me"). Un petit côté boogie rock taillé pour le live, des compos qui empruntent autant aux dieux Led Zep qu'au seigneur Sabbath, du hard à l'ancienne mais modernisé façon "Alcohsonic's touch", du blues qui coule dans leurs veines, pas de doute ces zikos savent où ils veulent aller.
Même quand ils se laissent porter par les volutes alcoolisées d'un "Stone morning" qui sent à plein les nez les relents de bourbon de la veille, titre volontiers narcotique marquant la rencontre du vieux rock made in 70's et de l'univers étrange, bigarré et un peu décalé d'un groupe qui se pose en héritier d'un genre. Après les Black Stone Cherry, Firebird et autres The Answer, la mode est définitivement au revival rock'n roll, comme s'il fallait nécessairement un petit road-trip halluciné dans les immensités désertiques américaines pour définitivement devenir dépendants. Les Alco ont bien compris l'idée et l'esprit du Rock avec un gros R et des décibels qui claquent dans les enceintes s'est emparé d'eux. Malgré quelques petites baisses de régime - volontaires - sur un "Hanuman' chest"" ou "The cathodic way of life" plus ambiancés, le groupe envoie quelques belles tartines dans la figure. Décidé à faire un peu parler la poudre, il nous lâche alors un "You're not rock'n roll" ben heavy qui flingue à tout va. Ajoutons à cela une bonne dose de cool dans les tuyaux et voici un album qui a de quoi réchauffer les hivers les plus rudes...