alcohsonic.jpg Never drink without sonic element, moi je veux bien, encore faudrait-il qu'Alcohsonic ait de quoi assurer dans sa besace. On a de la chance, c'est le cas, à peine la CD posé sur la platine, l'intro déconneuse passée que "Alohsonic days" déboule avec son stoner solidement armé. Riffs diaboliques, groove caniculaire façon Kyuss, solo incisifs et plants psychédéliques sont au programme de ce titre où tout ce qui fait la spécificité du genre y passe. En cinq minutes et quelques, le duo nous emballe ça bien comme il faut et nous sert un premier morceau à la fois solidement rock'n roll et parfaitement maîtrisé. Premier titre et d'entrée, Alcohsonic nous colle un grosse claque mémorable. Reste à savoir ce que nous réserve le duo après un si bonne entrée en matière. La réponse tient à trois mots : "Big city life". Un titre très rock syncopé à la rythmique diabolique, du cousu main pour un groupe qui a apparemment bossé ses classiques.
Dommage qu'un passage de guitare sèche vienne alourdir l'ensemble et au final conclure le morceau sur une petite fausse note. "No brain's land" relève le niveau et le groupe assure le show, passant toutes les facettes du stoner rock au mixeur pour mieux en apprécier la saveur, le tout bien aidé dans sa petite affaire par une production "faite maison", mais à la hauteur de l'enjeu. Quid de la suite ? Un petit intermède en forme de big joke alcoolisé et ce "Bloody Whiskey" comme véritable hymne à la consommation d'une boisson dont on dissuadera les abus. Un sens de la dérision, une coolitude assumée, qui n'empêche pas pour autant Alcohsonic de faire honneur à son nom et d'assurer le coup d'après une très bonne cover de Motörhead ("Doctor Rock"). Preuve qu'encore une fois, le duo maîtrise question "classiques du genre" (Spiritual Beggars, Led Zep ou Hermano en tête). Heavy rock, stoner groovy ou rock acoustique ("Life"), le duo frenchy semble savoir quasiment tout faire et en rajoute une (grosse louche) avec l'deux belles claques de rock'n roll racé et sonique : "Schizo man" et "Alien Sex Generator". Deux derniers titres qui synthétisent sans ciller ce qu'est le "son" Alcohsonic : du pur stoner rock hormoné et couillu, percutant, lègèrement old-school et furieusement alcoolisé...