Air Bag One - Summer killed us Summer killed us. Le premier mot qui compose ce titre est au fond la meilleur introduction à l'Ep. Rien de mieux pour qualifier le disque que sa condition fraîche et estivale. Tout n'est que séduction, voix enjôleuses et pop synthétique finement orchestrée. Les quatre titres, radio édit dans les formats, sont des tubes en devenir et pourraient facilement illustrer ce qu'il se fait en pop solaire depuis quelques temps. Nos trois jeunes hommes le font avec talent et inspiration.
"2 days picnic", qui ouvre le bal, vagabonde quelque part entre les guitares de Twin Shadows, la voix de Two Doors Cinéma Club et un refrain à deux pas d'une production d'Empire Of The Sun. "Sweet England", le tube, dégage un climat très aquatique qui projette sur nos murs l'esprit du second opus de Foals, avec un refrain très syncopé à la "Blue blood" et une cascade de guitare staccato en guise de conclusion, qui n'est pas sans rappeler "After glow" du même album.
Le titre éponyme de l'Ep est, avec une intro qui référence le titre 1901, d'inspiration plus Phoenix(ienne) alors que "Whatever you want" approche l'état d'hymne non loin du titre "Fader" des Temper Trap.
Air Bag One ne se démarque pas d'une manière assez évidente de ses contemporains pour nous permettre de parler d'une véritable vague qui viendrait déferler sur ce milieu. Pour autant leur maîtrise du sujet accroche avec talent. J'attends avec un certain intérêt que le groupe se livre à la composition d'un format plus long. Une manière qu'ils auraient de confirmer qu'il ne font pas que surfer sur un courant mais qu'ils vont, dans l'avenir, bel et bien participer à leurs créations.
En attendant je ne peux que vous conseiller de ne pas priver votre été d'un pareil ouvrage.

PS : l'EP est en écoute intégrale en source.