On ne reçoit pas souvent de promos de groupes hongrois, et plus généralement d'Europe de l'Est, pourriez vous décrire la scène hongroise ? Quelles sont les réactions du public hongrois aux groupes de rock ou de metal ?
Il y a toujours eu une scène rock en Hongrie, sans doute au plus fort dans les années 70 et 80. En ces temps, le rock était considéré comme trop explicite et libre de paroles, et peu de groupes publiaient des enregistrements, mais il y avait une foule énorme lors des concerts. Aujourd'hui, c'est plutôt le contraire. Presque tout le monde peut faire un enregistrement (il suffit de trouver un label ou de se le payer), mais la musique atteint seulement quelques personnes. Les radios et les chaînes de télévisions passent du rock ou du métal à de rares occasions, celà touche donc seulement un petit groupe de gens qui cherche explicitement ce genre de musique. La télévision préfère de la musique moins chère et plus facile qui ne fait pas réfléchir. La scène qui se produit dans les clubs est très pauvre, la demande est faible, par conséquent tenir un club rock n'est pas très profitable. Ceux existant ne fournissent généralement pas les conditions nécessaires. Ainsi, un grand nombre de groupes abandonnent après un certain temps à cause du manque d'opportunités de se promouvoir. Il y a également une certaine tradition, depuis quelques décennies d'avoir des groupes de rock hongrois avec des paroles en hongrois, ce qui rend l'exportation difficile.

Pouvez-vous présentez le groupe aux francophones qui vont lirent cette interview ?
Aebscence : wallpaper Le groupe s'est formé en 1995, nous jouons ensemble depuis pas mal de temps. La composition du groupe n'a pas changé depuis l'été 1997, on peut donc dire que c'est vraiment à ce moment là que Aebsence est vraiment né (puisqu'il manquait un chanteur auparavant). Nous avons joué ce genre de musique depuis le début, notre point distinctif est peut-être le fait de jouer un mélange de musique basé sur du métal avec du folklore hongrois. Nous avons enregistré une demo en 1999, fortement appréciée par la presse rock hongroise. Ceci nous a permis de participer à plusieurs festivals, et à la fin de l'année, nous avons gagné un tremplin national de musique rock. Bien sur, en Hongrie, ce n'est pas suffisant pour attirer l'attention des labels, ainsi nous avons décidé de financer le début de notre album par nous-même. Au début 2002, nous avons enregistré cet album qui est sorti à la fin de l'année. Encore une fois, l'accueil par la presse a été plutôt bon. Sur l'éditorial annuel de Metal Hammer Hongrie, nous avons reçu une récompense pour la meilleure production hongroise de l'année. Malheuresement, 2003 est mal partie, notre batteur nous ayant quitté. Durant toute l'année nous n'avons pu jouer que quelques dates avec un batteur de substitution. Heuresement, la situation devrait être résolu sous quelques jours et nous devrions repartir à pleine vitesse.

Comment en êtes vous venu à jouer ensemble ?
Nous avons commencé comme un groupe instrumental. 3 amis qui jouaient de la musique ensemble. Former l'image musicale du groupe pendant les répétitions, leur a pris un an et demi. Je les ai rejoins en 1997 en tant que chanteur. Auparavant, j'avais joué dans un autre groupe selon un concept un peu identique, et c'est pourquoi Aebsence m'a recruté. Depuis, nous avont joué ensemble, sauf quand notre batteur a décidé de se consacré à son travail plutôt qu'à la musique au début de 2003.

Vous êtes obligés de distribué votre album par vos propre moyens, les distributeurs hongrois étant peu enthousiastes concernant le rock, comment y arrivez vous ? Comment Internet vous aide à le distribuer à une plus large échelle ?
C'est assez dur de faire qu'un album atteigne les auditeurs. Je dirais que c'est presque impossible. Nous avions l'argent pour la publication, mais pas pour la promotion. Fort heuresement, une société s'est occupée de la distribution sur une base amicale. Peut-être qu'Internet aide dans une certaine mesure, et nous essayons de faire du mieux que possible. C'est la promotion que nous essayons de faire par nous-même. Celà n'est, bien sur, pas aussi efficace que la promotion d'un grand label, mais l'on fait de notre mieux. Si celà ne nous apporte aucun succès, nous apprenons beaucoup de tout celà.

Selon vous, comment un groupe indépendant peut prendre avantage d'Internet pour distribuer sa musique et se faire connaître ?
Les avantages d'Internet sont plus faciles à exploiter puisque son usage est presque gratuit. C'est plus facile d'atteindre des magazines online (et parfois même offline). C'est plus simple de trouver une adresse, des contacts, même à l'étranger, ce qui serait sinon impossible du fait de la distance. Nous pouvons fournir des informations à jour à propos du groupe. Les fans peuvent communiquer avec nous, ou prendre connaissance de nos chansons plus facilement. Sans Internet, cette interview n'aurais probablement pas eu lieu. :-)

Quelles sont vos sources d'inspirations ? Quels sont les groupes que vous écoutez actuellement ?
Nos principales influences peuvent surement être détectés dans notre musique d'une certaine façon, mais nous ne le cachons pas. Nous pouvons mentionner des groupes comme Tool, Soundgarden, Antrax, Alice In Chains. Les meilleurs :-)

Quels sont les groupes dont vous vous sentez le plus proche, musicalement parlant ?
Les magazines nous comparent souvent à Tool. D'une certaine manière c'est vrai, mais nous n'avons jamais essayer de faire de la musique similaire à Tool (ou tout autre groupe). Et les parties de chants sont plus proches de groupes grunges comme Alice In Chains. Une review a mentionné System Of A Down, peut-être que notre approche est similaire, mais SOAD ne nous a jamais influencé musicalement, puisque la plupart de nos chansons ont été écrites avant que SOAD n'apparaisse sur la scène internationale.

Sentez-vous que les gens prêtent plus attention aux groupes américains et à une moindre échelle aux groupes locaux, comparé aux groupes venant d'autres pays ?
Cette question ne s'est jamais posée pour nous, mais elle a du sens. Le formidable support que fournissent les labels principaux aux groupes américains est propice à attirer l'attention. Si un détergent est l'objet d'une promotion à grande échelle, plus de gens vont l'acheter. Bien sur, je ne dit pas qu'ils ne méritent pas d'attention. Ce sont des groupes américains qui groovent. D'un autre côté, c'est plutôt évident que les groupes locaux vendent plus [NdT: ahh, l'exception française...]. C'est la même chose ici. Les groupes rock hongrois les plus connus vendent beaucoup plus que les groupes étrangers. C'est peut-être parceque les gens vivant dans le même environnement culturel peuvent recevoir les pensées des autres plus facilement. Ils partagent souvent les mêmes préoccupations et délires, c'est un lien entres-eux.

Vous faites la promotion de votre album en dehors de la Hongrie, comment est-il accueilli ?
Pas aussi chaudement qu'à la maison :), mais en même temps, plutôt bien. Nous avons vu des chroniques totalement contradictoires les unes avec les autres, même au sein du même pays, certaines le qualifiant de médiocre, d'autres de pièce de choix. Par rapport à ta question précédente, la culture peut être un facteur majeur ici. Nous aimerions voir que beaucoup d'étrangers aiment notre musique, mais nous suspectons que cet album est adulé seulement par les quelques personnes qui l'ont acheté. Nous pensons que les auditeurs étrangers qui sont intéressés dans les courants exotiques peuvent aussi l'aimer, mais c'est un petit marché de niche.

Concernant le titre "7/4", il y a, semble-t'il, une mesure en 7/4, celà à un quelconque rapport ? De quoi parles la chanson ?
Un point pour toi ! Il y a une partie en 7/4 dans la chanson, et quand elle a été écrite, elle était presque entièrement composé de ce thème, et "7/4" devint son titre de travail. Toute les chansons en ont un, aussi longtemps que les paroles ne sont pas écrites, et nous les appelons souvent par ces noms par la suite. Dans ce cas, le titre de travail devint le titre officiel, parceque nous aimons le fait que celà soit juste un nombre. La chanson n'est, bien sur, par à propos d'une mesure étrange mais à propos de la vie de quelqu'un tournant au désastre et de quelqu'un que tout exaspère. Ces motifs tristes viennent du folklore hongrois qui comportent souvent des chansons sur quelqu'un qui traîne comme une âme en peine...
Nous avons essayer d'assortir les thèmes des paroles en anglais et hongrois des différentes parties.

Les titres "Ultrasound" et "Azure", sont complètement différents et sont absolument magnifiques, pourrais-tu me dire de quoi parlent-ils ?
C'est assez dur de parler d'une chanson comme ça. Nos paroles ne sont jamais écrites sur un concept particulier, pré-pensé, elles sont plutôt formées par une pensée ou une émotion. Parfois, je ne peux pas me rappeler ce qui a inspiré les paroles d'une chanson particulière ou de quoi ça parle exactement. D'un autre côté, comme le public, j'ai l'opportunité d'inventer son message :)
"Ultrasound" est peut-être à propos d'aliénation, quand tu ne te sens pas toi-même dans ton environnement et que tu ne comprends pas ce qui arrive au monde autour de toi. Tout ce que tu perçois ressemble à un ultrason : tu ne l'entends pas, tu reste juste fixe et confus. "Azure" est juste la comptemplation de choses depuis longtemps passées et inreproductible. L'enfance, des souvenirs plaisants qui ne reposent sur rien d'autres que des souvenirs.

Comment vois tu les prochaines productions de Aebsence ?
Si la promotion est efficace et qu'un label s'interesse à nous, nous assemblerons les nouvelles chansons (puisque nous avons un tas de nouvelles idées) et nous commencerons à faire un nouvel album aussitôt que possible. Bien sur, les vieilles recettes ont toujours cours, mais peut-être un peu mises au goût du jour.
Je vois peu de chances d'avoir un album autoproduit. Celà ne serait qu'un autre album avec de bonnes chansons, sans être une étape supplémentaire du point de vue du groupe. A partir de maintenant, nous n'avons pas les circonstances avec nous pour aller de l'avant par nous même. Nous aurons à nous promouvoir avec cet album jusqu'à ce quelqu'un trouve que celà mérite des investissements.

Tu veux ajouter quelque chose ?
Merci pour l'opportunité, et quiconque est interessé dans un groupe non seulement originaire d'Europe de l'Est mais également dans un groupe qui joue du métal d'Europe de l'Est peut nous contacter, le plus facilement grâce à Aebsence.com. Mais nous espérons également que beaucoup de lecteurs de cette interview viendront nous voir en concert.