Adam And The Madams - Macadamia Si tu t'intéresses à l'approche psychologique des émotions (ou que tu as vu le film d'animation "Vice Versa" de Pixar, ça marche pareil), tu sais donc que les émotions majeures sont la colère, la peur, le dégoût, la joie, la tristesse et la surprise. Il y a parfois des groupes qui traitent d'une seule sensation et la développent sur une dizaine de titres et puis il y en a d'autres comme Adam And The Madams, qui savent prendre en compte la richesse de l'esprit humain et aiment à la restranscrire musicalement. Déjà bien secoués par leurs précédentes productions, à savoir le LP Death by a million splinters en 2013, et l'EP Almost ! en 2017, on repart sur les mêmes bases avec ce 3ème album qui nous propose une nouvel fois ce mélange de indie rock garage punk noise Lo-fi (eh oui, tout ça dans une seule galette). Et aux manettes de cette étrange machine à produire du son, on retrouve essentiellement Adam Lanfrey et Cyprien Steck, qui sont accompagnés de moults assistants de production sonore (surtout des batteurs, au nombre de 6, qui viennent poser le rythme, chacun sur une chanson).

Pour ce nouvel opus, Adam And The Madams nous propose 11 tracks débridés, débordant à la fois d'incongruités musicales et de minimalisme instrumental. Toujours experts dans l'art de la déconstruction du génome du rock, les Strasbourgeois semblent toutefois avoir plus cloisonné le fruit de leurs expérimentations puisque chaque titre a désormais son style, son empreinte. Donc, pour en revenir avec les émotions majeures citées en liminaire, on peut en retrouver véritablement un certain nombre dans Macadamia : La joie dans un "Since you're gone" pop rock ; la tristesse dans les très folk "I don't wanna choose" ou "Ant hill" ; la colère dans le "I'm coming" plutôt punk ; le dégoût dans le noisy garage "She said no", et ainsi de suite. Diverses expérimentations qui ne sont pas sans rappeler The Pixies, Pavement ou Sonic Youth. Et c'est bien la prouesse d'Adam And The Madams de conglomérer de si disparates morceaux émotionnels en une unité cohérente.

Macadamia est donc un très beau puzzle musical, et les 2 musicologues savent créer chaque pièce à partir de tout ce qui leur passe dans les mains. À l'image de leur clip "Caterpillar", effectué en stop motion avec l'assemblage de plus de 2500 photos (une création de la réalisatrice Laura Fix). Bref, un puzzle musical qui n'a rien d'un casse tête mental mais tout d'une rêverie émotionnelle.