YOB - Clearing the path to ascend Après un Atma très décevant, YOB a pris le temps (3 ans) pour non seulement remettre les choses au point mais aussi se faire désirable ! Leur récente signature chez label Neurot Recordings (le label de Neurosis qui n'a pas pour habitude de signer les oreilles fermées) et un artwork, pour une fois, vraiment classe (signé Orion Landau, responsable de pas mal de jolies choses pour Red Fang mais aussi Mumakil, Nile, Pig Destroyer...) nous permettaient d'envisager le meilleur... Et le son qui surgit des enceintes nous donne raison, lourd et dense à souhait, YOB fait son mea culpa et revient sérieusement aux affaires.

4 titres, plus d'une heure de musique, le trio prend toujours son temps pour développer ses idées et construit bien souvent ses compositions en suivant les règles du post rock mais le tout est bien sûr orienté stoner doom ("In our blood", "Marrow"), post hardcore ("Nothing to win") et sludge ("Unmask the spectre"). Ca, ça vaut pour les grandes largeurs parce que Clearing the path to ascend est à digérer comme un tout, autant que faire ce peu car ce bloc massif, dense et lourd n'est pas facile à ingurgiter. Faut avoir l'estomac accroché car l'ambiance est assez malsaine, avec ce chant option Led Zeppelin sous tranquillisant qui hante les titres, une rythmique qui donne dans le tellurique et remue les tripes tandis que les riffs boueux sont à rattacher au genre reptilien. Oppressant, pesant et marécageux la plupart du temps (on peut alors penser à Tusk ou certains morceaux de Down), quand les Américains accélèrent et éclairent (un petit peu) leurs notes, on obtient du très grand post HxC avec riffs hypnotiques taillés pour le live. Tout l'inverse du "Unmask the spectre" qui s'embourbe quelque peu à trop vouloir ralentir le rythme et découpé les mesures, dommage car les deux autres morceaux plus "calmes" sont bien plus réussis (même si j'émets quelques réserves sur le chant clair de "Marrow").

Digipak classieux, production impeccable, qualité d'ensemble bien au-dessus de la moyenne, Clearing the path to ascend marque le retour de YOB au premier plan et c'est une bonne nouvelle car le petit monde doom/stoner/sludge a besoin de patrons dans le genre de la bande de Mike Scheidt.