Resistance Deluxe C'est le grand retour de Wunjo, et perso, je suis super content. Et pourquoi ça ? parce que je suis amateur des prods du groupe parisien depuis le premier EP Ventoline et l'album Extralucide. Mais là, j'ai franchi un nouveau cap dans ma Wunjotitude. Autant les précédentes galettes tournaient dans ma platine quand j'avais besoin d'un petit remontant sonore, autant je dois reconnaitre que ça fait deux semaines de Resistance Deluxe ne quitte plus mes pensées. Recrue de nos amis d'Athome (ces salauds signent tout ce que j'aime, c'est incroyable !!!), Wunjo a sorti les grands moyens pour frapper un gros coup dans le microcosme rock made in france. Enregistré et mixé par David Weber aux forces motrices (Sexypop, Second Rate, Lofofora,...), digipak deluxe (!) pochette et photo promo digne du revival du meilleur gout (Velvet Revolver trop moderne sur ce coup là !), son énormément efficace (ou efficacement énorme, les deux qualificatifs vont bien là !), et compos grand seigneur. Pour être tout à fait franc, la première écoute m'a un peu déstabilisé. Wunjo est réputé pour être le groupe le plus violent de la team nowhere, et pourtant, j'ai eu pour première impression que les parigots s'étaient assagis. Titres plus lisses ? du sirop de grenadine dans les bibines pour rendre hommage à Raignier ou de l'eau dans son vin pour honorer la mémoire de Jean-Paul 2 ? Me voilà perplexe. Puis j'ai compris. Ou plutôt Wunjo a tout compris. Les gaillards ont épuré leurs morceaux, les titres se veulent plus accessibles sans être pour autant mous du genou, l'efficacité a conquis pour de bon le rang du quintet. Le groupe collectionne les hits avec "Fuck you revolution" dédicacé à Jennifer (pas celle de Superbus, l'autre, quoique...), l'énormissime "La vengeance du fils" brûlant et mélodique à souhait et autoproclamé par votre serviteur meilleur titre de la galette, le très FM "Prêt à tout" en hommage à nos amis les stars de la télé réalité, l'énervé "Degénération", et l'excellent Santiago". Wunjo joue dans la cour des grands. C'est pas nouveau, ça fait longtemps que je le dis. Sauf que maintenant, plus besoin de prouver quoi que ce soit, ça s'impose, un point c'est tout. Comme pour Extralucide, Wunjo a opté pour la carte du rock accessible en alliant puissance des voices et des musiciens, tempos rapides et chaloupés, refrains inoubliables et frappant dans le mille. Pas grand chose à jeter dans ce nouvel album, on sent que les musiciens se sont bien arrachés aussi bien dans leur local de répet que dans les cabines du studio pour donner naissance à un album qui ne comporte que très peu de petits défauts. Du coup, les cinq réalisent le coup parfait pas offert à tous les groupes : réaliser un deuxième album encore plus fort que le premier, claquer dans nos dents une nouvelle galette plus percutante que la précédente, bref, faire le break, service à suivre. A l'heure où le rock ne fait plus recette, Wunjo va logiquement, avec Resistance Deluxe, s'enrichir de nombreux fans qui ne pourront pas résister au luxe de posséder un des meilleurs albums sorti dans l'hexagone cette année. A bon entendeur...