Wino - Punctuated equilibrium Quand Scott Wino Weinrich, figure emblématique de tout un pan de la scène doom-metal/rock passe en mode solo pour sortir un album qu'il annonce comme différent de ses prods précédentes, on en frémit d'avance. Faut dire que le gusse à un sacré palmarès à son actif. Quand on lit qu'il s'est notamment entouré de John Paul Gaster (Clutch) pour l'occasion, on se dit que ça doit forcément valoir le coup d'oeil. Quand en plus de ça, on apprend que ledit album sort chez Southern Lord (Black Cobra, Burning Witch, Earth, Lair of the Minotaur j'en passe et des meilleurs...) là, il n'y a plus à tortiller, on fonce droit devant et on regarde après. Psychédélisme incantatoire, magie noire du doom, un rock âpre, old-school, acide, métallique et vénéneux auquel on appose ce grain de voix si particulier de Wino, Punctuated equilibrium est un disque complètement en phase avec son géniteur, normal en même temps, c'est lui qui l'a écrit (sic). Un groove à la The Hidden Hand, un mélange de punk sauvage, de jams psychédéliques sur lesquels Weinrich se laisse aller en toute improvisation, du rock enlevé qui arrache les guitares et surtout ce doom au feeling incomparable, marque de fabrique du gazier. L'éponyme "Punctuated equilibrium" en est le meilleur exemple, cet album solo est un plaisir personnel que s'offre l'ex-Saint Vitus et qui, malgré quelques longueurs, se laisse écouter non sans plaisir. Car au milieu de ses petits exercices de styles qui flattent son ego, le bonhomme se fend de quelques titres au groove bluesy ("Smilin' road") quand il n'appuie pas là où coup de riffs un peu plus heavy. "Eyes of the flesh" et "The woman in the orange pants", en deux titres, l'ex-Spirit Caravan (oui aussi...) démontre qu'il a encore ce petit "truc" en plus qui fait qu'avec lui, le heavy-rock, n'a pas la même saveur. Faut dire aussi que Wino a, au fil de sa carrière, notamment collaboré avec les Solace, Joe Lally et a jammé en compagnie des furieux d'Acid King, il n'est donc pas surprenant de retrouver toutes ses influences dans cet album très personnel où l'ex-leader de The Obsessed synthétise dans un même tube à essai tout ce qui lui passe à travers le manche de gratte. Et ça, rien que pour le fun, ça vaut quand même le détour.