Watcha - Falling by the wayside Le départ de Keuj et Pendule au début de l'été 2006 laissaient présager du pire pour Watcha qui ne semblait déjà pas au mieux de sa forme avec Phénix... Quand le sampler advance de Falling by the way side est arrivé, je ne me suis même pas précipité dessus, de peur de me sentir à nouveau "trahi" mais il faut croire que cette profonde remise en question de l'entité Watcha leur a fait du bien car cet album renoue avec l'envie, le groove et l'efficacité métallique de Veliki circus ! Ca nous rajeunit pas mais qu'est-ce que ça fait plaisir de s'en prendre plein les oreilles !
Et pendant 45 minutes on est servi, du lourd, du bien envoyé, du bien senti, les vieux délires servent de guide ("Bogeyman"), les mélodies sont abrasives ("The wayside") et tout ce qui fait qu'on aime Watcha est bel et bien là. Fils du rock'n' roll (When life sucks we just rock, "Rock'n'roll kids"), ils nous ont habitué au respect des anciens en reprennant voire détournant des hits du passé, cette fois-ci, en plus de petits clins d'oeil deci delà, on a une version arrangée du "Blue Suede shoes" de Carl Perkins rendue célèbre par Elvis Presley ; les Watcha en ont repris quelques éléments pour en faire le titre "One for the money" (two for the fucking show) et à part ces paroles et un gimmick musclé, on a du mal à le comparer avec l'original ou à une autre version (The Beatles, Black Sabbath, Jimi Hendrix, Helloween ...), encore une fois, excellent (à quand un album de reprises ?). L'histoire de Watcha ne peut pas s'écrire sans celle de "Sam" qui bénéficie ici de deux pistes (les seules en français), "Sam - la voix des ténèbres" où le lascar divague entre la vie et la mort sur une musique assez trippante puis "Sam 5" qui conte son retour à une vie qu'il n'a pas choisie, une vie où il n'est pas la star et où le refrain cultissime (Miroir, beau miroir, dis-moi ce que je fais là) prend un nouveau sens. Avec les deux derniers morceaux, les ténèbres apportaient par les deux premiers (et surtout le plus sérieux "Bastard being") ne se dissipent pas, c'est encore très sombre avec le quasi éponyme "Watch yourself" et un "Blue" loin d'être azuré.
Quand Watcha semble aller mal, c'est là qu'il donne le meilleur, juste avant d'écrire Falling by the way side, ils étaient très mal...