Unswabbed 6.3 Comment attaquer cet article ? En prenant l'album comme un tout ou en continuant la série d'articles et présenter davantage les morceaux de 6.3 ? Plutôt que de m'arracher les cheveux à faire le bon choix, je vais faire les deux !

Le chiffre "Six" décliné en 3 EPs et sobrement mis en avant pour ce ... sixième album est aussi le titre qui ouvre la galette. Un titre court, intense, chargé autant en testostérone qu'en samples, si le sujet est différent, il est assez proche du "Mass veritas" que les Mass Hysteria viennent de lâcher en cette fin du mois de mars. Un titre massif, incisif mais aussi répétitif et martelé. Colère, hargne, urgence mais aussi espoir et envie composent en partie le champ lexical et annoncent un album aux thèmes universels tandis que le mélange des machines et des guitares donnent le ton des "nouveaux" morceaux qui se rapprochent également de l'atmosphère Mass Hysteria. "Asphyxié" est particulièrement baston, ça shred direct, comme si on avait laissé les idées dans une cocotte-minute le temps d'un confinement... Ultra violent, le morceau est aussi mélodique, avec des écarts de rythmes conséquents, Unswabbed casse des reins et nous envoie un refrain en forme de bombe. Celles qui tombent sur "Un autre jour" font des dégâts également, le groupe évoque à nouveau un sujet moins personnel mais lourd et avec un texte touchant. "Un seul choix" est bien plus léger, on entre dans la vie du groupe et de ce qui fait son carburant, notamment tous ceux qui restent "dans l'ombre" et qui les font avancer. "La vie est longue" allie blast et harmonies, un classique pour les Nordistes qui reviennent ici à des situations plus personnelles et intimes. Aucun temps mort pour les cinq dernières pièces de notre puzzle où les boucles donnent une touche plus industrielle à leur néo-métal.

Si tu as pu découvrir ces 13 titres par épisodes avec des clips puis des EPs numériques, tu peux être agréablement surpris par la version album puisque la tracklist a été bien réfléchie et les morceaux sont "mélangés" pour faciliter l'amalgame et équilibrer l'opus. En introduction, "Six" trouve sa place, tout comme "Danse" (que je jugeais moins fort) qui lui se retrouve à la fin. Les tubes un peu plus "gros" que les autres (quasi tous les titres ont un potentiel de fou pour le live) que sont "Tic tac toe" ou "Carpe diem" sont au cœur de la bête même si, pour être honnête, ça ne s'arrête jamais et je mets au défi quiconque ne sachant pas quels titres ont été choisis en "singles" (ou clips) de faire le tri et d'un mettre un plutôt qu'un autre en avant. Bravo les gars, content de vous retrouver avec autant de fraîcheur et d'idées.