Qu'est-ce que vous a apporté le Sriracha Tour 3 tant sur le plan humain que artistique ?
Sur le plan artistique, cette tournée nous a montré que les dates ne se ressemblent pas, que l'ambiance d'une tournée ne tient qu'à un fil, 22 personnes, 5 semaines sur la route, il suffit d'une étincelle pour enflammer le tout ! Musicalement, après cette tournée, on était invincible ! Les 4 dates à la suite qui nous faisaient peur "jadis" sont vite devenues comiques. Apprendre à roder un set, affronter les problèmes de dernière minute, se surpasser, et créer des amitiés fortes, c'est que j'en tire. Et tu as juste oublié le bilan "physique" dans ta question !

Data error est mixé par Fred et Pendule de Watcha, en quoi cette collaboration vous a influencé ?
Fred et pendule ont dit dès le début qu'ils ne voulaient pas enlever le son de Tripod, ils ont par conséquent fait en sorte selon eux, de ne pas reproduire nos mauvaise habitudes. Leur vision de Tripod était de nous faire sonner en groupe et pas individuellement, comme detachés. Après avoir partagé plus de 40 fois la scène avec Watcha, ils connaissaient le sujet.
L'arrivée de Kamel au sein de Tripod a-t'elle modifié la façon dont vous composiez vos chansons ? Qu'a-t'il apporter au groupe ?
Chaque personne est différente, et donc pense et joue differement, Kamel a peu changé la couleur générale du groupe, par contre le son est plus gros qu'avant, plus tranchant, plus précis et plus nuancé. Nous composons de la même manière, Kamel a du entrer dans un groupe qui a des habitudes de travail, il a du s'adapter. Mais c'est allé tellement vite...
Dans la période entre Lèche et Data error, quels sont les éléments qui ont marqué ou influencé Tripod ?
Le Sriracha Tour 3, le départ de Pascal, l'arrivée de Kamel, la perte d'une personne chère au groupe, la guerre, le studio.

La différence entre ces deux albums est assez extraordinaire, comment définis-tu le nouvel album ?
Cela dépend de ce que tu entends par extraordinaire, Lèche est sorti en 2001, alors qu'il existait depuis un an, de plus, certains titres dataient de 4 ans ! Conclusion, pour vous, 2 ans d'évolution, pour nous 7 ans. Nous avons vraiment evolués pas à pas, c'est pour cela que l'écart semble grand ! Ajoute à ça un changement de line up, et tu as un Tripod tout neuf !

Pourquoi ce titre : Data error ?
Parce qu'il est universel, qu'il entre en conflit avec le côté organique de la pochette. Il y a d'autres raisons, mais chacun doit se faire son idée.

Si dans l'instant, tu as la possibilité de jouer avec n'importe quels groupes, ce serait lesquels ?
Sans hesiter Rage against the machine, Keziah Jones, et d'autres, mais perso j'aurais une méga trouille d'ouvrir pour Rage, de toute façon ils ne sont plus là...
T'écoutes quoi en ce moment ?
Pas grand chose, la période de l'album nécessite pour nous un retrait total, tu te sens obligé de te comparer, à ton désavantage le plus souvent !! Ou alors des trucs qui sont vraiment eloignés musicalement, genre calme ambiant...

Comment vois-tu l'évolution de la scène française ?
Elle évolue très vite, et je pense qu'avec le numérique, beaucoup de groupes enregistrent plus facilement des démos et des albums. Du coup on se perd un peu dans la jungle des groupes, mais ça reste un tres bon signe, je prends comme exemple Marseille, où il n'y avait rien, maintenant on voit emmerger des groupes comme Dagoba, Eths, Caedes, ou encore Kubrick, ils se démerdent vraiment pas mal, et deviennent vraiment autonomes. La scène reste pour moi le seul juge, et c'est elle qui va forger un groupe. Le public défend mieux les groupes français, leur donnant subitement plus de credibilité, et ça les labels s'en rendent compte. En tout cas, on peut dire que ça pousse derriere !

Le média Internet prend de plus en plus d'ampleur, notamment avec l'arrivée du haut débit. La communication par e-mail se fait en quelques secondes, écouter un MP3 d'un nouveau groupe devient un geste quotidien. Penses-tu que cela peut changer le rapport des artistes avec leur public ?
Forcément, si un groupe qui vend peu se voit etre gravé à outrance par le biais du net. C'est quand même hallucinant, cette année j'ai jamais vu autant de disques gravés, le pire c'est quand je vais dans un endroit où je vois un tas de copies complètement rayées, et que le mec à qui appartiennent les disques te sort un truc du genre "j'en ai rien à foutre, un cd vierge ça coûte 1 euro". Putain avec les Tripod on a trouvé un Lèche "gravé" dans notre local !