Trepalium - Voodoo moonshine Les Trepalium cesseront-ils un jour de nous surprendre ? Si le groupe est connu pour mettre une grosse dose de groove dans son death metal, ici, à l'ouverture de Voodoo moonshine on a l'impression d'être au cirque avec une fanfare télescopant les rythmiques les plus brutales. Cette volonté de foutre le bordel dans son métal, Trepalium l'assume et enfonce le clou avec d'autres surprises comme ce piano impromptu tout droit sorti d'un Charlie Chaplin sur l'évocateur "Blowjob on the rocks" (ou en intro sur la bouillie "Possessed by the nightlife"). L'ambiance est donc au mixage absolu d'un tas de trucs qui ne vont pas forcément ensemble, et c'est un tour de force que d'en faire des titres qui tiennent la route. Ce n'est pas tout à fait en adéquation avec l'artwork (signé Strychneen Studio) mais les Poitevins s'en soucient guère, je les soupçonne même d'avoir voulu garder l'effet de surprise pour décontenancer l'auditeur assoiffé de death metal qui aura vu que Joe Duplantier (Gojira) participait à l'aventure ("Damballa's voodoo doll") ainsi que Matthieu Metzger (multi instrumentiste qui oeuvre à des tonnes de projets dont Klone) et plein de zikos venus d'ailleurs pour apporter des sons différents.