Stereotypical Working Class est né en 1999 dans les alentours de Lyon. Les jeunes zicos aiment le rock, de Incubus à Deftones en passant par Staind. Dans le genre bonnes influences, on a fait pire, n'est-ce pas ? Très vite, le groupe se compose un répertoire, ce qui permet au groupe d'enregistrer une démo 12 titres (!) en 2001. Le groupe affectionne la scène et se fait remarquer par des prestations musclées, et se retrouve vite aux coté de Pleymo, Tripod, Noisy Fate et aussi Madball. Histoire de confirmer tout ça et de se faire connaître dans toute la France, le groupe croise la route de Jordanmaster qui leur enregistre 4 titres mixés par l'incontournable Kraemer au studio Impuls. Dès lors, l'ascencion de SWC est de plus en plus marquée, du fait de son bon entourage (management, rock sound, ...) et de la présence de Martin sur l'album de Pleymo, rien ne pourra en ce moment enrayé la machine Stéréo...

Illusions, leur premier album sort en 2003 chez Nextmusic, grâce à un très bon accueil de la part des médias, des salles et du public, le groupe enchaîne de nombreux concerts et se remet au boulot.
En 2005 ils enregistrent Sans repères au Impuls studio avec Stéphane Kraemer (Enhancer, Watcha...) et laissent le mastering à l'inévitable Jean-Pierre Bouquet à l'Autre Studio. L'album sort le 24 mars 2006.