soul-x - The killing machine Il y a presque 20 ans, je découvrais Soul-X, combo lillois qui allait écumer les salles et sortir un EP power thrash assez prometteur... puis splitter. Un peu plus de 15 ans plus tard, voilà que le groupe me recontacte pour savoir si je suis disposé à les chroniquer ! Comment refuser une telle cure de jouvence ? Si l'artwork, le logo, le style n'ont pas vraiment changé, le groupe a été en partie renouvelé avec les arrivées d'Antoine (Radical Suckers) à la batterie et de Maxime à la basse. Ils auraient pu prendre un nouveau départ et un nouveau nom mais avec le même objectif (s'éclater) et les mêmes armes (un thrash old school "à la Pantera"), autant continuer l'histoire là où elle s'était arrêtée. S'ils ont vieilli, les loustics n'ont rien perdu de leur hargne et ont certainement gagné en maturité car l'écriture des titres est soignée (plus dans la musique que dans les textes si on s'en réfère à "Son of a bitch") car si ça tabasse, ça ne le fait pas toujours en ligne droite (bon, on a quand même "The unholy sin" ou "Violence" qui ne font pas trop dans le détail). La plupart des morceaux apportent donc pas mal de nuances, de breaks, de riffs aux cadences variées et se forgent une identité propre grâce à tous ces "petits trucs" qui font la différence. C'est ce qui fait que j'apprécie plus particulièrement "Speech for the dumb", toujours à la relance et avec un bon solo, le titre monte en pression jusqu'à totalement saturer l'atmosphère. C'est donc une excellente lampe de lancement pour le titre éponyme "The killing machine" qui voit le renfort d'Arno de Black Bomb A, venu en voisin apporter son chant guttural qui encadre un solo nerveux. Si c'est avec les vieilles peaux qu'on fait les meilleures confitures, Soul-X a bien fait de revenir !