Rite : cinq majeur Rite : cinq majeur Hey guys, comment ça va depuis la dernière fois qu'on s'est parlés, ça remonte un peu là (en 2006 en fait)
Ecoute, ça va très bien merci. C'est vrai que ça fait un bout de temps déjà. Mais rien de bien dramatique nous est arrivé pendant ces quatre ans, donc ça va. Un nouveau guitariste, un nouvel album, c'est à peu près tout mais c'est déjà pas mal.

Death I hear you calling... c'est trop long à écrire, donc je coupe, qui est votre quatrième album est sorti il y a 2 ans chez vous mais en 2010 ici. Quels sont les retours sur ce disque qui a donc un certain vécu derrière lui ?
Sami : Je crois que la plupart des gens sont d'accord pour dire que "Death" est le meilleur album que nous ayons sorti jusqu'à maintenant. La presse a été vraiment sympa avec nous et en fait on a apparemment trouvé le "truc" pour plaire à tout le monde... Non je plaisante ! Plus sérieusement nous sommes vraiments content de voir notre album sortir en France. Tu sais, ce pays est notre seconde maison donc merci à Longfellow Deeds Records et à tous les français qui nous ont suivi et nous suivent depuis 10 ans.

Vous n'avez pas vraiment la réputation de trainer en studio, comment se passe l'enregistrement d'un album de Rite ?
Sami : Nous sommes effectivement assez rapides quand vient le moment d'enregistrer un album. Je ne sais pas exactement pourquoi mais on a l'impression que nous allons un peu plus vite chaque fois. En fait, ça vient aussi du fait que nous voulons que l'album sonne vraiment lourd et authentique et qu'on n'a pas 36 morceaux à enregistrer.
Juha : Nous répétons longuement nos morceaux avant d'entrer en studio. Du coup, dès qu'on y est, chacun sait parfaitement quoi faire. Par exemple, avec les passages de batterie de celui-ci, j'ai enregistré toutes les pistes en une seule journée et ça l'a fait. En plus, honnêtement, la première prise est généralement la "meilleure". Et c'est à peu de choses près la même chose pour les guitares et le chant. Du coup, l'enregistrement de l'album et le mixage ont pris en tout et pour tout six petits jours.

Et avant ça, au moment de composer, comment vous vous y prenez ensemble ? Qu'est-ce qui vient d'abord ?
Sami : La musique vient toujours d'abord. Nous pouvons avoir des idées de textes qui viennent comme ça, mais si elles ne conviennent pas à la musique, nous en écrivons de nouvelles.
Juha : Avec les lyrics, le truc est que le nom du morceau soit bon. La musique es définitivement le "truc" le plus important, évidemment le chant doit être bon, mais honnêtement, les textes sont la partie à laquelle on aurait tendance à accorder le moins d'importance.

Sauf erreur de ma part, je n'ai jamais vu de clip vidéo de Rite, c'est assez curieux non ?
Sami : Le seul clip qu'on n'ait jamais fait est une vidéo pour "Bastard song", à l'époque de Shoot skull for jackpot (2002), notre premier album. A cette époque, les vidéos musicales bénéficiaient d'une bien meilleure exposition à la TV finlandaise que maintenant. Bien sûr, il y a toujours le média web pour se faire diffuser, mais on ne se sent pas vraiment de se lancer dans l'aventure d'un clip juste pour être sur le web.

Rite : death art work Rite : death art work Quels sont les projets, l'actu immédiate de Rite en ce moment ?
Sami : Alors déjà, il faut que tu saches qu'on a pris un long break durant l'hiver (Note de l'auteur : et en Finlande, l'hiver ça dure vachement longtemps...). Donc pour le moment, on essaie de rassembler nos forces pour repartir de l'avant et se remettre à pied d'oeuvre. Une tournée en France par exemple, ce sera fun. Nous avons vraiment passé des moments bien fun la dernière fois que nous sommes venus chez vous.
Juha : Yeah, la France, c'était vraiment extra. On verra à quelle vitesse on reviendra aux affaires.

Du coup, quand vous ne faites pas de musique, à quoi occupez-vous votre temps libre ?.
Sami : En fait, il y a déjà énormément de temps passé à se consacrer à la musique, mais sinon, ça va de la pêche à la vie de famille, du sport à la tournée des bars
Juha : Moi j'ai deux enfants qui m'attendent à la maison alors je n'ai pas trop de mal à trouver comment m'occuper. Mais avec Sami ici présent, je joue dans un groupe baptisé Grave Siesta donc on peut considérer que mes 24 heures que durent chaque jour sont consacrés à mes enfants et à la musique.

Dernières découvertes musicales ?
Juha : Ce qui m'a le plus fait vibrer récemment c'est... Crowbar. Je ne sais pas par quel miracle je ne m'étais pas penché sur leur cas avant mais depuis je me suis rattrapé et je suis un énorme fan. Et là dans moins de deux semaines, ils vont venir jouer chez nous au Tulska Festival, j'ai vraiment hâte. Sinon, Black Cobra et Kylesa sont de belles découvertes. Sinon évidemment, je citerais Masteroid, un excellent groupes dont n'hésite pas à checker leur son. [Note de l'auteur : voir le lien MySpace en fin d'article].

De manière générale, quelles sont les sources d'inspiration de Rite ? Quelles soient musicales ou n'ayant aucun rapport
Sami : Absolument tout ce qui a une âme peut être source d'inspiration. Cela signifie de la pop comme du death metal. Et si tu veux des noms : Kiss, Pentagram, Black Sabbath, High On Fire...
Juha : Oui, l'âme c'est le secret. Quoique ce soit, d'où que cela sorte, s'il n'y a pas une âme quelque part, tu peux être sûr que ça n'aura pas grand effet sur moi. Sur nous. Et je pense que quand quelque chose à la possibilité de te toucher, au plus profond de toi, peut importe que ce soit un morceau, un bouquin ou n'importe quoi d'autre...

Si vous aviez pu être impliqués dans l'enregistrement, la production ou l'écriture d'un album, lequel serait-ce et pourquoi ?
Sami : Au niveau prod ou écriture, n'importe quel album d'High On Fire. Juste pour voir comment il arrive à avoir un son aussi brut et massif.
Juha : Je dirais les Black Sabbath de l'époque Ozzy, les premiers AC/DC, ou les Kiss des années 70, juste pour voir comment ces gens qui sont mes références ont travaillé sur des albums que je considère comme majeurs dansl'histoire de la musique.

Je vous laisse le mot de la fin...
Sami : Merci à toi. Merci également à quiconque lire cette interview. Maintenant, allez vous habiller et filer auprès du disquaire le plus proche. Procurez-vous votre exemplaire de Death I hear you calling but I can't come home Rite now et enjoy...
Juha : www.riteband.com est l'endroit idéal pour passer vos vacances d'été. Cheers !